Une assemblée mondiale, c’est évidemment un grand nombre de plénières et du travail en ateliers. Et au menu de ces agapes délibératives, il y a inévitablement des rapports à approuver, des états financiers à scruter à la loupe, des plans stratégiques à commenter et à bonifier. Sans com

pter ces élections à la direction et ces longues périodes où chaque délégation doit déposer son vote – 128 pays étaient représentés hier lors du vote pour la présidence et la trésorerie – après quoi trois scrutateurs dépouillent, un à un, les bulletins.

Heureusement, il y a aussi ces moments où ces gens du terrain rendent compte de ces projets et événements qui façonnent leur quotidien.

Credit: Elodie Perriot

Il faut entendre Odile Sadou du Niger raconter comment les femmes de son pays répondent à la crise alimentaire. «Nous avons des zones chroniquement déficitaires en nourriture», puisque les 300 ou 400 millimètres de pluie que nécessitent la culture du mil ne sont plus atteints dorénavant. «Il ne suffit pas de faire des distributions », ajoute-t-elle. «On a donc initié des cultures de contre-saison», et encouragé la diversification, dont les récoltes de salades et de carottes. «Quand on circule les jours de marché, on constate que les femmes ont réussi» et qu’elle ont même créé des procédés nouveaux comme ce système de conservation des feuilles de chou.

Credit: Elodie Perriot

Il y a aussi le jésuite Nabil Gabriel d’Égypte qui mentionne ces projets d’alphabétisation dans les villages auxquels participent plus particulièrement les femmes. «On apprend à lire et à compter. Mais on apprend aussi ses droits civiques». De retour à la maison, dit-il tout sourire, «ce sont elles qui font l’alphabétisation de leur maris». Et avec ces notions de droits civiques qu’elles apprennent, elles auront assez d’assurance pour rencontrer les autorités des villages. «Les femmes sont le moteur de la société», avance le père Gabriel.

Credit: Elodie Perriot

Pour l’abbé Ambroise Tine, du Sénégal, « l’Église doit être active dans le mouvement social ». Elle a un rôle à jouer, notamment dans le domaine du plaidoyer en faveur des plus pauvres. Un devoir même. «Elle doit être présente où l’on pense et crée les politiques de ce monde ».(FG)