Cette page est aussi disponible en: Anglais, Espagnol

Cardinal Óscar Rodríguez Maradiaga, President of Caritas Internationalils. Credits: Caritas/Carofei

Cardinal Óscar Rodríguez Maradiaga, President of Caritas Internationalils. Credits: Caritas/Carofei

Le Président de Caritas Internationalis, le cardinal Oscar Rodriguez Maradiaga affirme qu’il serait scandaleux de ne pas garder les promesses faites aux pauvres dans les pays en développement à cause du manque de financement des pays riches.

Les dirigeants des pays du G8 se réuniront du 7 au 9 juillet à Hokkaido, au Japon, pour examiner, entres autres, la question du développement. Le G8 comprend le Canada, la France, l’Allemagne, l’Italie, le Japon, la Russie, le Royaume-Uni et les Etats-Unis. Caritas les invite instamment à être à la hauteur des engagements pris quant à la quantité et la qualité de l’aide et à assurer ainsi le financement pour atteindre une série de cibles de lutte contre la pauvreté appelées les Objectifs de développement du Millénaire (ODM).

Dans le cas de la communauté internationale dans son ensemble, l’aide totale a diminué de 8,4% en 2007 par rapport à 2006, après une baisse de 5,1% entre 2005 et 2006.

Dans une déclaration conjointe de Caritas et de la CIDSE (la Coopération internationale pour le développement et la solidarité), signée par le cardinal Rodriguez, le Président de Caritas Internationalis a dit : “Nous regrettons de devoir écrire encore une fois, en 2008, aux gouvernements donateurs pour leur rappeler les promesses qui n’ont pas été honorées.

“Maintenant, le vrai danger est que les Objectifs de développement du Millénaire ne demeurent que des paroles creuses. Cela ne fait qu’alimenter le cynisme avec lequel beaucoup de personnes dans les pays en développement regardent déjà l’expression préoccupée des pays riches.”

Les dirigeants du monde ont fixé à 2015 la date cible pour la réalisation des huit ODM, ce qui représente un défi sans ambiguïtés à s’engager politiquement.

Le cardinal Rodriguez a déclaré : “Aujourd’hui, sept ans et demi après la Déclaration du Millénaire, nous avons fait la moitié du chemin jusqu’à la date cible 2015 et il est évident que de trop nombreux pays ne parviendront pas à atteindre ces objectifs. Dans certains cas, avec le pourcentage actuel de progrès, ils pourraient attendre plus de cent ans avant d’atteindre ces objectifs.

“Pour les Etats du G8, le défi de reprendre de la vitesse vers leurs cibles est énorme. L’aide peut réellement changer la vie des pauvres, et elle représente un élément essentiel à toute stratégie visant à atteindre les ODM. Nous célébrons les progrès accomplis dans de si nombreux pays parce qu’ils ont des gouvernements qui sont vraiment engagés à réduire la pauvreté et qui ont montré qu’ils savent faire bon usage des ressources à leur disposition.”

Les dirigeants du G8 ont aussi examiné la question des changements climatiques. Le cardinal a affirmé : “Les changements climatiques touchent le plus gravement les pauvres et les vulnérables dans les pays en développement, qui sont les moins responsables des émissions qui causent les changements climatiques. L’aide humanitaire prend une part plus importante des contributions des donateurs. Le danger est que les ressources inadéquates promises au développement soient détournées vers les changements climatiques. Nous demandons instamment aux gouvernements de faire en sorte que l’aide aux pays en développement pour les changements climatiques soit additionnelle aux ressources pour la réduction de la pauvreté.”

Les membres Caritas dans le monde invitent ceux qui les soutiennent à demander instamment aux dirigeants du G8 d’honorer leurs promesses concernant l’aide. Caritas Japon a donné 80 000 cartes postales de protestation à ceux qui la soutiennent à envoyer au gouvernement japonais. Caritas sera représentée au G8 par Caritas Japon et par Joseph Donnelly, chef de la délégation internationale de Caritas aux Nations Unies à New York.

Patrick Nicholson, chef de la communication de Caritas Internationalis, au 0039 06 69879725 ou 0039 3343590700 ou nicholson@caritas.va.

Notes de la rédaction:

Dans le cas de la communauté internationale dans son ensemble, l’aide totale a chuté de 8,4% en 2007 par rapport à 2006, après une baisse de 5,1% entre 2005 et 2006. En 2004, l’aide globale avait atteint jusqu’à $75 milliards par an, une amélioration par rapport aux années précédentes. En 2005, l’Union européenne s’est engagée à réaliser de façon collective 0,56% du Produit national Brut (PNB) pour la date cible 2010 et 0,7% pour 2015. Le sommet du G8 de Gleneagles a réaffirmé les engagements européens. Toutefois, quatre ans plus tard, plusieurs parmi les grands donateurs de l’UE ne sont pas du tout sur la bonne voie. Leur aide au développement en 2007 était de 62 095 millions USD (0,40% du PNB), dont 6 949 millions USD en allègement de dette. Leur aide totale, au net de l’allègement de la dette (55 146 millions USD), représente 0,36% du PNB.

Patrick Nicholson, chef de la communication de Caritas Internationalis, au 0039 06 69879725 ou 0039 3343590700 ou nicholson@caritas.va

CIDSE – Rue Stévin 16, 1000 Bruxelles, Belgique – Tél.: +32 2 230 77 22 – Télécopie +32 2 230 70 82 – Courriel: postmaster@cidse.org – Web: www.cidse.org
La CIDSE est une alliance réunissant 16 organisations catholiques de développement d’Europe et d’Amérique du Nord.

Caritas Internationalis – Palazzo San Calisto, Etat de la Cité du Vatican, 00120 – Tél. +39 06 698 79 725 – Courriel: nicholson@caritas.va – Web: www.caritas.org
Caritas Internationalis est la confédération qui réunit 162 organisations caritatives catholiques nationales offrant l’aide humanitaire, des services sociaux et le développement intégral de l’homme.