Cette page est aussi disponible en: Anglais, Espagnol

Dawn at Mt. Youtei, seen from the International Media Center of the G8 Summit Credits: Inae/Caritas Japan

Dawn at Mt. Youtei, seen from the International Media Center of the G8 Summit Credits: Inae/Caritas Japan

Caritas Internationalis pense que le sommet du G8 au Japon a rendu un plan d’inaction sur l’aide pour l’Afrique et le changement climatique.

Le porte-parole de Caritas au sommet du G8, Joseph Donnelly a déclaré : “Les résultats du G8 de 2008 sont une impasse sur le changement climatique et un disque brouillé sur l’aide pour l’Afrique. Le monde espérait de nouveaux dirigeants, mais à la place on a réentendu ce qu’on nous avait déjà dit.”

Le sommet du G8 au Japon a promis de maintenir les promesses précédentes faites lors du sommet du G8 de 2005 sur l’augmentation des aides, mais n’a donné aucun détail sur comment ils comptaient s’y prendre ou comment ils allaient renverser la réalité des aides qui diminuent. Trois ans après le début du plan de cinq ans du G8 sur l’augmentation de l’aide aux pays étrangers à 50 milliards de dollars par an, seul un cinquième de l’argent a été donné.

Le sommet du G8 au Japon n’a pas abordé les 27 milliards de dollars en moins d’annoncés qui vont mettre environ 5 millions de vies en danger. Le sommet du G8 de 2008 est à mi-chemin de la date prévue pour atteindre les Objectifs de développement du Millénaire et les cibles contre la pauvreté sont très loin des objectifs.

M. Donnelly a déclaré : “Réchauffer des engagements sur les aides qu’on attend toujours trois ans plus tard ne va pas donner à manger, une éducation, de l’eau propre et des soins médicaux aux plus pauvres. Pour résumer le sommet du G8 2008 au Japon : “Le lendemain semble toujours triste si vous portez la robe de la veille”.

“Ce qui est tragique, c’est que nous pouvons prouver les améliorations qui ont eues lieu dans les pays en voie de développement avec l’aide limitée qu’ils ont reçue. Les pays du G8 peuvent se permettre de tenir leurs promesses. Ce serait scandaleux si les Objectifs de développement du Millénaire n’étaient pas atteints à cause d’un manque de financement.”

Caritas a déclaré qu’au pays du soleil levant, le G8 a promis une aube fallacieuse au changement climatique. La réunion du G8 avec huit nations émergentes dont l’Inde et la Chine a atteint une impasse sur la réduction des émissions de CO2.

« Nous cherchons à partager avec toutes les Parties de la CCNUCC la vision, et avec elles de réfléchir et d’adopter les négociations de la CCNUCC, d’atteindre au moins 50 pour cent de réduction des émissions mondiales d’ici à 2050, tout en sachant que ce challenge ne peut être reçu que par une réponse mondiale », ont déclaré les leaders.

La CCNUCC, la Convention-Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques, est entrée en force en 1994 mettant en place un cadre général pour ceux qui sont impliqués dans le processus intergouvernemental des changements climatiques.

M. Donnelly a déclaré : “ Les leaders du G8 ont besoin de mettre fin à l’inertie en ce qui concerne les émissions de CO2. Mais à la place, ils ont répété en 2008 ce qui avait été dit 16 ans plus tôt, lors du Sommet de la Terre de Rio en 1992. C’est une inertie qui fait payer les pauvres pour les responsabilités des pays riches, mais au final, c’est le monde tout entier qui va payer la note d’un climat de plus en plus hostile.”

Joseph Donnelly est le chef de la délégation de Caritas Internationalis aux Nations Unies à New York. Il fait campagne pour la société civile au G8 aux côtés de Caritas Japon.

Vous pouvez contacter M. Donnelly au (+81) 080.6093.6170 ou au (+81) 090 7739 9528 ou par e-mail à caritasny@aol.com

Chef de la communication de Caritas Internationalis : Patrick Nicholson au +39 06 69879725 ou au +39 334 3590700 ou par e-mail à nicholson@caritas.va