Cette page est aussi disponible en: Anglais, Espagnol

Imagine globalisation based on solidarity: Micro-finance in Africa

Imagine globalisation based on solidarity: Micro-finance in Africa

Caritas Afrique et ses partenaires ont organisé un forum en septembre, dans la capitale éthiopienne d’Addis-Abeba, sur la façon dont les programmes de microfinance favorisaient le développement de moyens d’existence permettant à des millions de personnes de se hisser hors de la pauvreté.

En Afrique, Caritas conduit un grand nombre de programmes de microfinance qui offrent aux personnes souhaitant mettre sur pied une petite entreprise la possibilité d’accéder à des capitaux d’un montant modeste. Les programmes permettent aux ménages d’épargner et de rembourser les prêts au fil du temps. Caritas cible les personnes ayant difficilement accès aux services de crédit ou d’épargne officiels, en particulier les femmes.

Les études montrent que les femmes ont davantage tendance à utiliser les prêts et les bénéfices pour le bien-être de leurs familles, en investissant dans leur entreprise et en consacrant les revenus additionnels à la couverture des besoins du ménage, par exemple, acheter davantage de vivres, améliorer le logement familial et les soins médicaux, payer la scolarité des enfants et épargner pour le futur.

Caritas Ouganda a commencé ses activités de microfinance avec la création d’un fonds de secours d’urgence à l’intention des veuves de guerre et de ceux qui ont perdu leur habitation en raison du conflit. Le fonds a grossi pour devenir le Centenary Rural Development Bank, qui est la plus grosse institution de microfinance en Ouganda et la deuxième plus grande banque du pays.

CRS (un membre Caritas aux États-Unis) a des programmes de microfinance drainant un million de clients (dont 69,9 % de femmes) dans 36 pays en Afrique, en Asie, en Europe et au Moyen-Orient, en Amérique latine et aux Caraïbes.

L’archevêque Cyprian Kizito Lwanga, de Kampala, Président de Caritas Afrique souligne : “La microfinance est une stratégie qui a démontré qu’elle contribuait à la réalisation des ODM”.