Cette page est aussi disponible en: Anglais, Espagnol

Imagine globalisation based on solidarity: One world

Imagine globalisation based on solidarity: One world

Extrait de la déclaration prononcée par le cardinal Óscar Rodríguez à la réunion de haut niveau sur les Objectifs de développement du Millénaire, aux Nations Unies à New York, le 25 septembre 2008 
“Bien entendu, la majorité d’entre nous n’a pas besoin des Objectifs de développement du Millénaire pour savoir ce qu’est la pauvreté. Au Honduras, d’où je viens, nous la subissons quotidiennement.

“Mais nous avons besoin des ODM pour mobiliser les gouvernements et les inciter à passer à l’action de toute urgence, en honorant les promesses passées sur le développement. Pour beaucoup d’entre nous, le M dans ODM devrait être compris comme minimum. Nous voulons voir nos gouvernements aller plus loin, en particulier en matière de protection de l’environnement.

“Il y aura 10 ans au mois d’octobre, l’ouragan Mitch dévastait l’Amérique centrale, anéantissant 50 ans de progrès rien qu’au Honduras. Mitch était alors le quatrième ouragan le plus puissant de toute l’histoire dans la région atlantique. Mais l’ouragan qui devait être le dernier des derniers n’était qu’un début. Mitch a déjà été relégué à la septième place en quelques années.

“Bien que le changement climatique soit un problème planétaire qui nous touche tous, les pauvres en souffrent proportionnellement bien davantage que les riches. Le paradoxe est que ce sont eux qui sont les moins responsables de la pollution à l’origine du réchauffement mondial.

“Les dégâts que nous avons fait subir à notre planète et ceux qu’elle nous fait subir à son tour devraient être un signe d’alarme nous avertissant que la poursuite du profit aveugle sans souci des conséquence n’est pas seulement erronée mais insoutenable.

“Nous assistons à la création d’un monde où la cupidité de quelques-uns laisse la majorité aux marges de l’histoire. J’ai observé cette cupidité dans mon propre pays où les sociétés minières internationales vident le sol de ses richesses, laissant derrière elles des terrains empoisonnés et les habitants des lieux dans une situation d’autant plus critique.

“L’échec de la réalisation des ODM n’est pas seulement une question de pénurie de financements, d’amélioration de la façon dont l’aide est dépensée, d’allégement accru de la dette, ni même de système commercial plus équitable.

“Ce qui nous fait cruellement défaut ici, c’est l’imagination. Il faut imaginer que nous vivons non pas dans un “Premier monde” et un “Tiers-monde” mais dans un “Monde unique” où les devoirs à l’égard des pauvres sont partagés”.