Cette page est aussi disponible en: Anglais, Espagnol

Imagine a world for tomorrow’s generation: A view from Poznan and India

Imagine a world for tomorrow’s generation: A view from Poznan and India

A Poznan

La campagne “Promouvouns ensamble la justice climatique” a été lancée le 7 décembre à Poznan. “Les habitants des pays tels que le Bangladesh sont entièrement tributaires du climat”, a souligné l’évêque Theotonius Gomes C.S.C, évêque de Dhaka et Président de Caritas Bangladesh, lors du lancement.

“Notre agriculture, au demeurant toute notre culture, est fondée sur l’eau des pluies et des rivières. La désorganisation des saisons des pluies, l’aggravation des tempêtes et l’allongement des périodes de sécheresse nous coûtent des vies et compromettent nos moyens d’existence”, a-t-il expliqué.

“Nous avons observé une augmentation rapide des besoins en secours. Ces 10 prochaines années, il y aura 200 millions de réfugiés climatiques, dont 25 %, soit 50 millions de personnes, pourraient être originaires du Bangladesh”.

Une messe a été célébrée en l’église Fara, dans le centre du vieux marché. Des enfants de la paroisse locale ont apporté des offrandes sur l’autel, notamment une plante, un peu de terre et de l’eau pour symboliser les éléments de la planète.

En fin de compte, la conférence de Poznan a vu un autre cycle de débats sur le climat s’achever sans définir de nouvelle donne sur le réchauffement mondial. Bien que Caritas ne se soit jamais attendu à une avancée fracassante, nous espérions plus d’ambition et une prise de conscience plus aiguë de l’urgence du problème.

Poznan est la première étape du processus d’élaboration de l’accord mondial qui sera conclu à Copenhague à la fin de l’année 2009. Il reste beaucoup à faire si l’on veut parvenir à l’accord qu’attendent des millions de personnes soucieuses d’assurer un avenir à leurs enfants et de surmonter les effets dévastateurs des changements climatiques.

En Inde

Provenant de 30 pays, des experts de l’environnement, des praticiens du développement, des universitaires et des représentants des gouvernements et des Nations Unies ont participé à la conférence internationale sur les changements climatiques, organisée notamment par Caritas Inde du 3 au 4 septembre à New Delhi.

“Nous sommes tous des agents du changement. Conjuguées, la prise de conscience, les connaissances et la bonne volonté peuvent faciliter le processus de réduction de la portée et des effets du changement climatique”, a déclaré le père Varghese Mattamana, directeur exécutif de Caritas Inde.

Caritas Inde a profité de la conférence pour lancer sa campagne ‘planter un arbre’.

“Planter un arbre et le soigner jusqu’à ce qu’il grandisse peut être considéré comme un moyen peu coûteux et très efficace de réduire les effets des changements climatiques”, a expliqué le père Peter Remigius, Président de Caritas Inde, en invitant chaque participant à la conférence à planter un arbre.