Cette page est aussi disponible en: Anglais, Espagnol

Unprecedented human tragedy in Sri Lanka

Unprecedented human tragedy in Sri Lanka

Caritas déclare que des civils innocents sont tués au Sri Lanka dans les bombardements indiscriminés que conduisent tant l’armée que les rebelles. On compte plusieurs milliers de personnes blessées et souffrantes supplémentaires.

Caritas fait savoir que le pays est confronté à une crise humanitaire, avec au moins 250 000 habitants piégés dans la zone de conflit de Vanni, dans le nord-est, où s’affrontent les forces gouvernementales et les rebelles tamouls (LTTE).

Caritas Internationalis, la confédération de 162 organisations d’aide catholiques, intervient par l’intermédiaire de son membre national, Caritas Sri Lanka, en conduisant des programmes humanitaires.

Dans une déclaration, Caritas Sri Lanka a indiqué que la violence atteignait des sommets et que la perspective de parvenir à une solution politique s’éloignait peu à peu. L’organisation fait valoir que la sécurité des civils n’est pas assurée parce que les zones de refuge accueillant les habitants chassés de chez eux ne garantissent pas une protection adéquate.

Caritas Sri Lanka raconte que les camps où les gens qui ont fui les violences sont triés ont aussi la réputation d’être dangereux et l’organisation demande une plus grande transparence dans la gestion des camps.

Caritas Sri Lanka explique que des habitants, y compris des femmes, des enfants et des personnes âgées, ont été obligés de fuir les combats pour la 10ème ou la 12ème fois.

La déclaration souligne que l’insuffisance de vivres est dramatique, en particulier à Vanni. L’eau est rare et les maladies d’origine hydrique auraient fait leur apparition.

On peut aussi lire dans la déclaration que, sans vouloir dénigrer la bonne volonté du gouvernement qui est prêt à aider la population tamoule et qui a demandé l’aide de l’Eglise, il est important de laisser les organisations humanitaires accéder aux camps.

La déclaration insiste aussi sur la nécessité d’assurer rapidement le retour des habitants dans leurs villages d’origine ou, quand ce n’est pas possible, dans des villages sûrs

Caritas Internationalis exhorte toutes les parties à respecter le droit des civils à la protection et demande la fin immédiate des hostilités.

Caritas Internationalis a lancé l’an dernier un appel d’un montant de 2 411 764 25 dollars E.-U. pour offrir à 100 000 personnes touchées par le conflit au Sri Lanka un abri, des articles de secours, une éducation, des moyens d’existence, de l’eau et des systèmes d’assainissement, des soins médicaux, une aide sociale et un accompagnement.