Cette page est aussi disponible en: Anglais, Espagnol

Six million dead in Congo's war

Six million dead in Congo’s war

Avec plus de six millions de victimes, le conflit en République démocratique du Congo (RDC) est le plus meurtrier depuis la Seconde guerre mondiale.

Selon une étude publiée par International Rescue Committee en janvier 2008, les violences en RDC ont causé la mort de 5,4 millions de personnes entre 1998 et 2007 et continuent de faire 45 000 de victimes tous les mois.

Aucun signe d’apaisement n’étant en vue, cela porterait le bilan total à environ 6,9 million de morts aujourd’hui.

“Six millions de morts, c’est un chiffre inconcevable qui devrait alarmer la communauté internationale et l’inciter à améliorer la sécurité de la population civile au Congo », estime Pierre Cibambo, un prêtre congolais travaillant pour Caritas.

« Les dix dernières années étaient une tragédie humaine sur toute la ligne, et malheureusement, la communauté internationale s’en est désintéressée », déplore-t-il.

En 2009, Caritas a apporté de l’aide humanitaire à environ 400.000 personnes, sous forme de vivres, soins de santé, logements et assistance psychosociale.

Caritas s’engage pour la paix au en RDC au niveau régional, national et international.

En savoir plus sur notre travail au Congo:

 

Les conséquences de la guerre au Congo
En savoir plus
Au Congo, Caritas reconstruit des vies brisées
Caritas travaille dans l’est de la République démocratique du Congo en apportant de l’aide humanitaire aux victimes du conflit à travers Caritas Goma.
Nord-ouest du Congo : Caritas lance un appel pour les réfugiés du conflit
Caritas a mis en place un projet d’assistance humanitaire à 12.000 familles déplacés par le conflit ethnique qui ravage le nord-ouest de la République démocratique du Congo (RDC). Plus de 100.000 personnes ont déjà fui les violences.
Interview avec Joseph Donnelly
Monsieur Joseph Donnelly, vous êtes le Délégué permanent auprès des Nations Unies pour Caritas Internationalis. Est-ce que la communauté internationale ferme les yeux sur cette situation?