Cette page est aussi disponible en: Anglais, Espagnol

Caritas a mis en place un projet d’assistance humanitaire à 12.000 familles déplacés par le conflit ethnique qui ravage le nord-ouest de la République démocratique du Congo (RDC). Plus de 100.000 personnes ont déjà fui les violences.

Les réfugiés se sont installés le long du fleuve Oubangui, qui marque la frontière entre le Congo et la RDC. 4000 familles se trouvent en RDC, les autres ont franchi la frontière avec le Congo Brazzaville voisin. La voie fluviale et aérienne sont les seules façons d’y accéder.

Millions of people have lost their house because of the conflict in Congo. Many of them live in refugee camps in Congo or neighboring countries. Credits: Caritas

Millions of people have lost their house because of the conflict in Congo. Many of them live in refugee camps in Congo or neighboring countries.
Credits: Caritas

L’opération est un projet commun des organisations Caritas de la RDC et du Congo Brazzaville.

“Ces personnes manquent de tout. De la nourriture, de l’eau potable, des biens ménagers, des fournitures scolaires… Pour fuir les affrontements, ils ont dû tout laisser derrière eux” explique Boniface Nakwagelewi, responsable des situations d’urgence chez Caritas en RDC.

Caritas se concerte avec d’autres ONG sur place pour coordonner au mieux l’aide apportée. L’organisation fournira des couvertures, des vêtements, des kits d’hygiène et de la vaisselle aux 12.000 familles concernées.

Les réfugiés concernés sont tous victimes des violences interethniques entre les groupes Enyele Tanda et Muzaya à Dongo dans la province de l’Equateur, à l’extrême nord-ouest de la RDC.

« Nous rencontrons beaucoup de difficultés. L’insécurité pose un grand problème pour les déplacements », raconte M. Nakwagelewi. « De plus, nous sommes obliges d’acheminer l’aide par avion ce qui coûte extrêmement cher », dit-il.

Par ailleurs, au moins 18 000 réfugiés ont fui la RDC pour s’installer au sud de la République centrafricaine.