Cette page est aussi disponible en: Anglais, Espagnol

Paddy re-plantation in progress near check dam using water from the check dam Credits: Jeevan Vikas Sanstha-Chandwa/Caritas India

Paddy re-plantation in progress near check dam using water from the check dam
Credits: Jeevan Vikas Sanstha-Chandwa/Caritas India

Bara est un village situé dans une zone sujette à la sécheresse, dans l’Etat du Jharkhand, en Inde orientale. Etant données les conditions climatiques difficiles et la dépendance totale des pluies, les agriculteurs ne faisaient qu’une récolte par an et la production agricole était extrêmement modeste. N’ayant que peu de chances de trouver un autre emploi dans la région, les habitants du village ont émigré vers les villes en quête de travail.

Or, il y a quelques années, la situation a commencé à s’améliorer. En 2005, Samaj Vikas Sanstha, un habitant du village, a lancé un programme de préparation à la sécheresse à Bara avec le soutien de Caritas Inde. Un comité pour le développement du village, composé de 9 hommes et 3 femmes, a été mis en place pour sensibiliser la communauté au besoin de protéger les ressources naturelles précieuses, comme l’eau.

Maintenant, la communauté est mieux informée sur la question de l’évolution du climat et mieux préparée à faire face aux situations adverses qui pourraient se présenter. En fait, le village tout entier est plus uni que jamais; il se réunit régulièrement pour discuter des problèmes et trouver des solutions.

Une solution a été de contrôler le projet de construction d’un barrage, qui a aidé la communauté à améliorer sa disponibilité en eau pour l’irrigation et à augmenter la quantité d’eau potable.

Les agriculteurs ont augmenté leur production en passant à trois récoltes par an. Pendant la saison des pluies, ils cultivent du riz et, pendant les périodes moins pluvieuses, d’autres produits, comme pommes de terre, pois, choux, blé, oignons et potirons.

Ces initiatives ont eu des effets positifs sur leurs revenus, qui ont augmenté grâce entre autres aux cultures de potiron, ‘carala’, okra et haricots pendant les mois secs de l’été. Une autre solution a été d’installer des bacs ouverts pour l’élevage de poissons. En investissant 10 kg de jeunes poissons dans le bac, ils ont pu produire plus de 150 kg de poisson en un an.

En minimisant les effets que la sécheresse a sur les moyens de subsistance, le pourcentage de migration a baissé et l’économie locale a été dynamisée. Les légumes et les poissons en excès ont été vendus au marché en devenant une source supplémentaire de revenu pour les habitants du village.

Un autre succès a été obtenu en termes d’accès des enfants à l’éducation. Avant, il n’y avait pas d’école dans ce village et les enfants devaient parcourir de longues distances pour recevoir une éducation. Grâce à la coopération entre les membres de groupes d’entraide et les habitants du village, une école et une cabane ont été construites. Ayant vu cela, le Gouvernement de l’Etat a construit un autre bâtiment pour l’école et nommé un assistant de l’enseignant.

Cet article est basé sur l’étude d’un cas du service de Gestion des ressources naturelles de Caritas Inde et soutenu par Caritas Australie. Pour toute question, veuillez vous adressez à Sunil Simon, Caritas Inde. Il peut être contacté à l’adresse suivante :sunilsimon@caritasindia.net