Cette page est aussi disponible en: Anglais, Espagnol

Widows in Uganda sing songs against cattle raiding. Credits: Patrick Nicholson/Caritas

Widows in Uganda sing songs against cattle raiding. Credits: Patrick Nicholson/Caritas

Le Karamoja est une terre de nomades guerriers en Ouganda. Portant des armes automatiques du Congo et du Soudan, les jeunes hommes engagent contre les clans rivaux des razzias de bétail qui peuvent prendre des dimensions énormes avec des centaines de combattants et plusieursmilliers de bêtes volées en une seule nuit. Le bilan desmorts est lourd.

Le gouvernement a essayé de désarmer les guerriers. Ses soldats, ses tanks et ses transporteurs blindés surveillent les routes principales. Ils ont fait baisser le nombre des embuscades (en 2006, on avait 90% de chances de ne pas arriver à destination, alors qu’aujourd’hui les attaques aux véhicules sont rares),mais ils n’ont pas réussi àmettre un terme aux razzias.

Les razzias de bétail, c’est une question culturelle et non pas politique. Caritas soutient les activistes qui travaillent au niveau de la paroisse pour essayer de changer les attitudes. Caritas amis en place des “groupes de paix”. Ils organisent des événements sociaux et sportifs pour promouvoir la paix et le développement. Les veuves et les orphelins qui sontmembres de ces groupes chantent des chansons sur leur vie brisée.

“Nos chansons parlent demettre fin aux razzias,” raconte Magdalena Gila, une jeune femme de 21 ans qui a perdu sonmari lors d’une incursion. “Elles parlent des défis auxquels nous sommes confrontés après avoir perdu un fils, unmari, un père. Elles parlent d’adhérer aux groupes de paix et de s’investir dans le développement.”

Les anciens guerriers expliquent à leurs pairs comment leur vie s’est améliorée depuis qu’ils ont arrêté les razzias. “Si vous continuez les razzias, vous n’avez qu’une seule issue:mourir,” explique John Longwee, un ancien guerrier. “Nousmontrons donc comment le fait d’avoir une éducation peut ouvrir à de nouvelles possibilités.”