Cette page est aussi disponible en: Anglais, Espagnol

The climate justice balloon. Credits: Caritas Denmark

The climate justice balloon.
Credits: Caritas Denmark

Le sommet de Copenhague sur les changements climatiques a réuni 119 chefs d’Etat et de gouvernement. Les représentants de Caritas et les évêques venant de 25 pays, notamment Mexique, Zambie, Afrique du Sud, Etats-Unis, Inde, Kiribati dans le Pacifique, Mozambique, Kenya, Royaume-Uni, Espagne, Irlande et Allemagne.

Ils ont prié à une messe présidée par le Président de Caritas lors d’un, Mgr Cyprian Lwanga, archevêque de Kampala. Ils se sont unis à un officeoecuménique spécial avec l’archevêque de Canterbury, Mgr RowanWilliams, où l’Eglise catholique était représentée par le Président de Caritas Mexique, Mgr Gustavo Rodriguez Vega.

Ils se sont unis à 100 000 personnes pour marcher à travers Copenhague. Caritas a pris part à un événement symbolique qui a eu lieu dans la capitale danoise et à travers le monde: les cloches des églises ont sonné 350 coups, chiffre qui représente le niveau maximum de CO2 acceptable dans l’atmosphère. En Europe, plus de 2 400 églises catholiques ont participé à cet événement.

P. Erny Gillen, Président de Caritas Europa, est intervenu lors d’un événement parallèle à la Conférence avec un exposé sur le rôle de la foi. “La clé, ce n’est pas changer notre éthique, mais de savoir comment la faire vivre,”a-t-il affirmé. “L’Eglise a le pouvoir de motiver les personnes, c’est ce que nous constatons avec la campagne mondiale à laquelle a pris part Caritas.”

A la fin, les responsables mondiaux ont produit un accord faible qui n’aidera pas les démunis dans les pays en développement à faire face à des conditions climatiques de plus en plus graves, et qui mettra ainsi en danger des millions de vies. Face à leur approche myope, il faut continuer de faire pression.

Theotonius Gomes, Président de Caritas Bangladesh, a affirmé à la fin des négociations : “Copenhague doit raviver notre espoir car nous y avons vu une immense mobilisation de personnes réclamant justice. Ces cris augmenteront et on ne pourra plus arrêter l’élan vers le changement.”