Cette page est aussi disponible en: Anglais

German Margret Wulf and her new caretaker Alicja Roszczyniala from Poland. Marek Borzyskowski, Caritas Director from Grudziadz visited the two in Mrs. Wulf’s home in Germany. Credits: CPD/Sauer

German Margret Wulf and her new caretaker Alicja Roszczyniala from Poland. Marek Borzyskowski, Caritas Director from Grudziadz visited the two in Mrs. Wulf’s home in Germany.
Credits: CPD/Sauer

Les premières aides à domicile soutenues par Caritas dans un projet germano-polonais ont commencé leur travail en Allemagne. La coopération entre Caritas Allemagne et Caritas Pologne a été mise en place pour aider des assistantes à domicile polonaises à venir travailler auprès de personnes âgées en Allemagne dans des conditions favorables aux deux parties.

Margret Wulf de Paderborn dans le nord-ouest de l’Allemagne fait partie des bénéficiaires de ce projet. Après avoir subi deux accidents vasculaires cérébraux, Mme Wulf, âgée de 72 ans, a besoin d’assistance 24 heures sur 24. Elle souhaite néanmoins rester autonome et ne veut surtout pas partir en maison de retraite. Grâce à Alicja Roszczyniala, sa nouvelle aide à domicile, et un service complémentaire de Caritas, Mme Wulf peut rester chez elle. Alicja vient de Grudziadz en Pologne. La Caritas locale coopère avec celle de Paderborn et a aidé les deux femmes à se rencontrer.

“Maintenant, je ne la laisserai plus partir”, plaisante Mme Wulf. Elle est ravie d’avoir enfin trouvé la personne juste après une mauvaise expérience avec une autre employée polonaise.

Ce n’est pourtant pas un hasard si les deux femmes s’entendent si bien. Le service proposé par Caritas ne se réduit pas à celui d’une agence de placement. L’organisation ne figure pas seulement d’intermédiaire entre des Polonaises souhaitant travailler en Allemagne et des personnes âgées ayant besoin d’une aide à domicile. Caritas les accompagne tout au long de leur expérience et s’assure que les deux personnes impliquées en profitent au maximum.

En Pologne, les personnes intéressés par un travail en Allemagne peuvent se renseigner auprès de la Caritas locale. Des cours d’allemand sont également proposés, la langue étant essentielle pour pouvoir s’intégrer à l’étranger.

Dans les deux pays, Caritas prend en charge les démarches administratives et organise des rencontres entre des « couples » potentiels, permettant de voir si les deux personnes sympathisent et envisagent de vivre ensemble. Toutes les employées de maison aidées par Caritas reçoivent un contrat de travail, un salaire minimum et des vacances payées.

Dès l’arrivée des Polonaises, la Caritas allemande prend le relais. Caritas leur rend visite au moins une fois par semaine, des rendez-vous qui permettent de s’échanger sur d’éventuels problèmes et éviter que les Polonaises se sentent seules en Allemagne. Si nécessaire, les jeunes femmes peuvent obtenir des conseils sur leur travail. Caritas les encourage également à profiter des activités organisées par les églises locales. Si les aides à domicile ont des enfants en Pologne, Caritas veillera à ce qu’ils ne soient pas négligés à cause de l’absence temporaire de leur mère.

Pour l’instant, le retour des personnes impliquées est positif sur toute la ligne. Les cours d’allemand devraient plus miser sur la pratique, demande Alicja, mais à part cela, elles se dit très contente de son expérience. L’allemand n’est pourtant plus un problème pour elle. Ravie de pouvoir aider Alicja pour une fois, Mme Wulf lui apprend de nouveaux mots tous les jours.