Cette page est aussi disponible en: Anglais, Espagnol

Women should be the focus of the work of aid agencies like Caritas says Caritas Internationalis President Cardinal Oscar Rodriguez Maradiaga Credits: Caritas

Women should be the focus of the work of aid agencies like Caritas says Caritas Internationalis President Cardinal Oscar Rodriguez Maradiaga
Credits: Caritas

Dans les situations de conflit à travers le monde, des femmes et des filles subissent le traumatisme de la guerre.

Elles perdent des êtres chers, sont chassées de chez elles et souffrent du manque de vivres, d’abris et de médicaments.

Les femmes et les filles sont des proies faciles pour les soldats ennemis désireux d’humilier leurs adversaires et de leur infliger des souffrances. L’utilisation des violences sexuelles comme arme de guerre préoccupe profondément Caritas.

Dans la guerre civile de Colombie, un cinquième des femmes contraintes de quitter leur foyer indiquent la peur des violences sexuelles comme la cause principale de leur fuite.

Dans la plupart des cas, les femmes et les filles sont des civils innocents pris entre deux feux. Le droit humanitaire international prévoit la protection de tous les civils dans les situations de conflit, indépendamment de leur sexe, et comprend des clauses spécifiques pour la sécurité des femmes.

Caritas déclare que l’on constate dans les situations de conflit une impuissance collective des gouvernements à protéger les femmes et les filles du viol et d’autres formes de violence et d’exploitation.

Le Président de Caritas Internationalis, le cardinal Oscar Rodriguez Maradiaga, estime que les organisations d’aide, telles que Caritas, devraient placer les femmes au cœur de leur action de développement et de rétablissement de la paix.

Les membres Caritas de 11 pays participeront à la consultation annuelle du Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR), organisée du 29 juin au 3 juillet.

Ils demanderont instamment que les souffrances des femmes pendant les conflits armés mobilisent davantage l’attention.

Les autres questions soulevées par Caritas seront la paix et les solutions durables pour les habitants chassés de chez eux pendant la guerre civile de Colombie et la protection et l’accès aux services pour les personnes déplacées dans des camps urbains.

La semaine débutera par une session d’information au bureau de Genève de Caritas Internationalis, le dimanche 28 juin, et une manifestation spéciale, le 30 juin, sur les réfugiés oubliés, en Amérique Latine.

Pour en savoir plus, veuillez contacter notre bureau de Genève aux numéros de téléphone suivants : +41 22 734 4005 ou +41 22 734 4007