Cette page est aussi disponible en: Anglais, Espagnol

The poors especially women and children under the age of 10 were at high risk of dying because of different disease after the floods in Pakistan. Credits: Caritas Pakistan

The poors especially women and children under the age of 10 were at high risk of dying because of different disease after the floods in Pakistan.
Credits: Caritas Pakistan

de Mumtaz Bashir Bhatti, Caritas Pakistan

Les inondations au Pakistan ont forcé au déplacement des millions de personnes, provoqué des dommages s’élevant à des milliards de roupies, tué un grand nombre de personnes et emporté tous les biens des communautés rurales, du nord jusqu’au sud.

Est-ce cela le réchauffement de la planète? De nombreux scientifiques pensent que oui. S’il en est ainsi, il est évident que les femmes et les enfants seront les plus touchés.

Quand j’ai visité les diverses régions du sud du Pakistan ravagé par les inondations, j’ai trouvé que les femmes et les enfants de moins de 10 ans étaient en grand danger; beaucoup sont morts à cause des maladies.

Le pays n’a pas souffert immédiatement d’une pénurie alimentaire, grâce à la récolte exceptionnelle de la saison dernière, mais des milliards d’acres de riz et de légumineuses ayant été détruits, le Pakistan risque une pénurie alimentaire et une flambée des prix dans les mois à venir.

Si les agriculteurs ne pourront pas semer pour l’hiver, la saison allant de septembre jusqu’en novembre, la situation risque de se détériorer. La perte de 200 000 bovins pourrait entraîner une insuffisance de produits laitiers.

Les pauvres sont ceux qui souffrent le plus. Les communautés marginalisées qui vivent au bord de la rivière Indus étaient déjà précaires, or, ces inondations les rendront encore plus démunies et risquent de provoquer beaucoup de morts dans les mois à venir.

On craint également que, si l’on n’apporte pas les secours à ces millions de personnes, la situation risque de s’aggraver et de menacer la paix dans le pays.