Cette page est aussi disponible en: Anglais, Espagnol

Access to basic health care services is severely hampered in Darfur. Haroon Adam Abaka, 24 months, is weighed and checked for proper growth. Credits: Mohamed Nureldin/Act Caritas 2010

Access to basic health care services is severely hampered in Darfur. Haroon Adam Abaka, 24 months, is weighed and checked for proper growth.
Credits: Mohamed Nureldin/Act Caritas 2010

La région du Darfour au Soudan est le théâtre d’une intensification de la violence. Un quart de million de personnes ont été déplacées de force de chez elles en 2010. Des millions d’autres personnes sont déjà hébergées dans des camps, dans une crise sans solution en vue. [Voir notre galerie photo de projets de Caritas au Darfour]

Caritas a offert de la nourriture, de l’eau potable, des soins de santé, de la formation en édification de la paix et en compétences diverses à un demi-million de personnes hébergées dans des camps et au sein de communautés hôtes dans le Darfour Sud et Ouest en 2010, dans le cadre d’un programme inter-Églises en collaboration avec l’Alliance des organisations protestantes et orthodoxes (ACT). [Activités d’aide humanitaire au Darfour : faits et chiffres]

Caritas a constaté un accroissement du nombre de personnes démunies, et le nombre de personnes ayant besoin de ses services humanitaires a doublé. Parallèlement, les initiatives de distribution de l’aide se compliquent en raison de l’insécurité et ont surtout été limitées aux camps.

Le programme de 11 millions de dollars du Darfour vise à porter le nombre de personnes rejointes à 530 000, soit le chiffre le plus élevé de son histoire.

La Secrétaire générale de Caritas Internationalis, Lesley-Anne Knight, a affirmé : « Malheureusement, la paix ne s’est pas concrétisée au Darfour en 2010. Les retours au pays massifs n’ont pas eu lieu. D’autres personnes ont été obligées de quitter leur foyer. Jusqu’à un tiers de la population vit dans des camps.

Caritas et ses partenaires ont recueilli plus de 90 millions de dollars pour la population du Darfour depuis le début du programme en 2004. Les chrétiens du monde ont fait preuve d’un degré remarquable d’engagement et de compassion envers les habitants d’un des endroits les plus perturbés du monde.

Nos opérations d’aide humanitaire sont plus nécessaires que jamais : il faut fournir de la nourriture, de l’eau, des soins de santé, un gagne-pain et d’autres ressources de première nécessité à un demi-million de personnes. Notre engagement à sauver et à améliorer des vies demeure une partie intégrante du programme qui se poursuit jusqu’en 2015.

Après huit ans, il est justifié de demander combien de ces camps deviendront des centres urbains et quelle sera leur durabilité. Le gouvernement soudanais a lancé une nouvelle stratégie de paix que nous voyons d’un bon œil, mais nous devons constater un progrès réel autour d’une entente négociée. »

Le programme du Darfour vient actuellement en aide à quelque 270 000 personnes grâce à la distribution d’eau et de services d’assainissement dans les camps, et à environ 240 000 personnes par des services de santé et de nutrition. Caritas prête son appui à la population du Darfour sans égard aux distinctions sociales, religieuses ou ethniques.

Les trois partenaires chargés de la mise en œuvre, l’Aide de l’Église norvégienne, Sudanaid (Caritas Soudan) et le Conseil des Églises du Soudan, emploient quelque 500 personnes, surtout du personnel local.