Cette page est aussi disponible en: Anglais, Espagnol

A coffee nursery in Reyes Llano Grande, Oaxaca, Mexico. This coffee seedling is one of thousands that the Michizá cooperative in Oaxaca is growing with support from the CRS CAFE Livelihoods project. Coffee trees in the region are old and well beyond the peak years of their productive lives. Planting new plants will improve coffee productivity and quality and increase household income for participating farmers. Credits: Sheridan/CRS

A coffee nursery in Reyes Llano Grande, Oaxaca, Mexico. This coffee seedling is one of thousands that the Michizá cooperative in Oaxaca is growing with support from the CRS CAFE Livelihoods project. Coffee trees in the region are old and well beyond the peak years of their productive lives. Planting new plants will improve coffee productivity and quality and increase household income for participating farmers.
Credits: Sheridan/CRS

de Salvador Urteaga, consultant pour les situations d’urgences, Caritas Mexique

Ces dernières années, le Mexique a connu des catastrophes naturelles d’une ampleur et d’une fréquence jamais vues auparavant : ouragans, pluies torrentielles, glissements de terrain, inondations dans certaine régions et pénurie d’eau dans d’autres.

Les personnes les plus défavorisées sont celles qui ont été le plus durement touchées. Non seulement dans les communautés rurales mais aussi dans les villes, les habitants ont dû renforcer les infrastructures pour faire face aux ouragans ou aux pluies torrentielles. Au fur et à mesure que les changements climatiques s’intensifient, les conséquences pour les communautés qui vivent dans des lieux extrêmement vulnérables se font plus désastreuses.

Le Tabasco a vu ses rivières déborder et sa capitale a été quasi entièrement inondée. De tels événements risquent un jour de briser le barrage et d’entraîner l’évacuation d’un million de personnes, la perte de vies humaines et de biens, comme cultures, bétail, infrastructures.

Après l’expérience de l’ouragan Gilbert, la population de Monterrey croyait être bien équipée pour faire face aux pluies torrentielles. Mais quand l’ouragan Alex a frappé le Mexique, il a dépassé toutes les prévisions. Il a démoli des infrastructures qui étaient censées résister à n’importe quel volume d’eau et cette ville qui semblait préparée à faire face à l’ouragan ne l’était plus.

L’ouragan Karl a frappé les montagnes de Puebla et l’eau a provoqué des glissements de terrain de la forêt vers la ville de Tlacotalpan et le port de Veracruz. La ville de Veracruz a plus d’une centaine de lacs, qui ont été remplis et transformés en zones résidentielles; or, pendant les ouragans l’eau cherche à se frayer un chemin, et c’est ainsi que la zone des lagunes a été inondée.

Dans les communautés qui n’avaient jamais vécu de tels événements, on essaie de comprendre comment faire face aux situations imprévisibles. Les gens se demandent si les prochaines pluies se transformeront en ouragan et comment peut-on éviter une telle dévastation.

Dans un pays qui compte des millions de pauvres, l’aspect le plus tragique de ces catastrophes est qu’elles font augmenter le nombre de personnes exclues et marginalisées et qu’elles aggravent leur situation. Caritas Mexique investit ses ressources dans l’aide aux communautés marginalisées et dans la protection de la création.

La lutte contre la détérioration de l’environnement est une première priorité. Nous œuvrons à créer des conditions de vie décentes pour tous et à augmenter la résilience afin que chacun soit mieux équipé. L’homme et la femme ne devraient pas être considérés comme les maîtres de l’univers qui exploitent les ressources naturelles pour des buts lucratifs, parce que le prix à payer est le bouleversement de la nature et le déplacement des personnes.

Au cours des 25 dernières années, Caritas a essayé de travailler avec les communautés pour les encourager à prendre en main leur développement. Ce processus s’articule autour de trois thèmes essentiels: relèvement, reconstruction et prévention.

Grâce à la solidarité, au renforcement des capacités et à la réflexion sur la foi, les communautés peuvent reconstruire leurs villes, tout en respectant leurs modes culturels, et garder leur dignité. Caritas Mexique cherche à transformer une situation de mort et de destruction en une situation de résurrection et d’autonomisation.