Cette page est aussi disponible en: Anglais, Espagnol

School children in South Africa. Access to a simple course of anti-retroviral medication could prevent children from getting invected by AIDS, yet 260,000 children died of AIDS-related illnesses in 2009. Picture used for illustrative purposed only and is not indicative of HIV status Credits: Hough/Caritas

School children in South Africa. Access to a simple course of anti-retroviral medication could prevent children from getting invected by AIDS, yet 260,000 children died of AIDS-related illnesses in 2009.
Picture used for illustrative purposed only and is not indicative of HIV status
Credits: Hough/Caritas

Caritas affirme que les mères atteintes par le VIH dans les pays pauvres vivent dans l’angoisse. D’après Caritas, les risques pour la santé de leurs enfants sont considérables et leur vie peut être cruellement écourtée. Mais la souffrance et la mort de ces enfants sont évitables.

« Les femmes et les enfants doivent avoir accès à un diagnostic rapide du VIH et de la tuberculose et à des traitements et à des soins adéquats. Nous lançons un appel aux gouvernements, aux sociétés pharmaceutiques et à toutes les personnes de bonne volonté pour ce faire », a déclaré le conseiller spécial de Caritas Internationalis pour le VIH-SIDA, le révérend Mgr Robert Vitillo.

En 2009, plus de 370 000 enfants en bas âge ont contracté le VIH, par la transmission mère-enfant surtout. L’infection peut se produire pendant la grossesse, la naissance ou l’allaitement. L’accès à un seul traitement de médicaments antirétroviraux pourrait prévenir ces infections, pourtant 260 000 enfants sont morts de maladies liées au SIDA au cours de cette même année.

La campagne « HAART* pour les enfants » de Caritas a été lancée à l’occasion de la Journée internationale de la femme, le 8 mars 2009. Elle invite les gouvernements et les sociétés pharmaceutiques à intensifier leur engagement à offrir diagnostic, traitement et soins aux femmes et aux enfants qui vivent avec le VIH ou la co-infection au VIH et à la tuberculose.

Ces dernières années, on a assisté à des progrès dans la production de médicaments pédiatriques adaptés au traitement des enfants des pays pauvres. On est ainsi parvenu à réduire le taux d’infection au VIH de 24 pour cent entre 2004 et 2009 et la mortalité de 19 pour cent au cours de cette période.

Le plaidoyer de Caritas et d’autres ONG a attiré l’attention sur les besoins des mères et des enfants qui vivent avec le VIH, en particulier de la part des agences de développement international. ONUSIDA, le programme conjoint des Nations Unies qui coordonne l’intervention internationale en matière de VIH-SIDA, a fixé l’objectif stratégique d’éliminer la transmission mère-enfant du VIH et de diminuer de moitié le nombre de morts liées au SIDA d’ici 2015.

Caritas encourage également les sociétés pharmaceutiques à investir davantage dans la recherche et le développement de nouvelles méthodes de dépistage et de nouveaux médicaments.

Cette année et l’année prochaine, Caritas concentrera davantage ses efforts sur la promotion du développement d’autres médicaments qui s’adressent aux enfants séropositifs en bas âge et adaptés à l’administration en milieu pauvre. Elle évaluera également les conséquences de la réduction du financement des soins, du traitement et du soutien aux personnes atteintes du VIH.

Les femmes ont le pouvoir exceptionnel de donner la vie, et elles veulent désespérément que cette vie ait la chance de s’épanouir. La protection de la vie et de la santé des enfants est un droit fondamental. Caritas continuera d’œuvrer à promouvoir la survie et la dignité de tous les êtres humains, mais en particulier des femmes et des enfants qui vivent avec le VIH et la tuberculose.

*HAART est l’abréviation de Traitement antirétroviral hautement actif, une association de médicaments qui aident à prolonger l’espérance de vie des enfants et des adultes qui vivent avec le VIH, ainsi qu’à prévenir la transmission mère-enfant.