Cette page est aussi disponible en: Anglais

Caritas provided 100,000 people with basic food stuffs and around 40,000 people with non-food items. Credits: Caritas

Caritas provided 100,000 people with basic food stuffs and around 40,000 people with non-food items.
Credits: Caritas

Ce fut l’un des cyclones les plus meurtriers de l’histoire. En mai 2008, une tempête assez puissante pour emporter des centaines de milliers de maisons a frappé le Myanmar, et le raz-de-marée qu’elle a déclenché a causé la mort de 140 000 personnes.

L’une des principales difficultés pour les organisations humanitaires qui voulaient aider la population du Myanmar après le passage du cyclone Nargis, c’était l’accès aux communautés inondées.

Galerie

Les Caritas et l’Église locales étaient déjà sur le terrain, car elles vivent au sein des communautés qui se sont retrouvées isolées. Par conséquent, non seulement elles ont facilement eu accès aux personnes pour évaluer leurs besoins et leur dispenser l’aide, mais encore leurs secours ont été bien accueillis par les habitants des villages.

Jamie Isbister, qui a travaillé sur la crise pour le compte de Caritas, a déclaré à l’époque : « Les représentants religieux locaux jouissent d’une grande confiance parmi la population touchée: ils parlent les langues et les dialectes locaux, ont une connaissance approfondie et une vision complète du tissu de la société locale, et connaissent bien le milieu social et économique dans lequel ils opèrent. Les Eglises locales font tout simplement partie de la communauté, ce qui renforce considérablement notre intervention. »

La réponse de la Confédération a été immédiate, non seulement de la part du personnel sur le terrain, mais aussi des organisations membres à travers le monde. Un appel de 8,2 millions de dollars a été lancé pour aider la population à survivre les trois premiers mois après le cyclone. L’objectif était de dispenser l’aide sous forme de vivres, eau propre, articles d’hygiène et ustensiles de cuisine à environ 45 000 personnes et d’assurer un abri à environ 20 000 personnes.

Pendant que l’intervention était en phase de préparation, les organisations membres du monde entier ont offert non seulement de l’argent, mais aussi leur personnel et leurs compétences.

Caritas Australie est devenue un «partenaire facilitant», faisant fonction de coordonnateur de l’intervention de Caritas pour les trois années qui ont suivi le cyclone et fournissant du personnel pour accompagner les agents de Caritas Myanmar.

S’exprimant à propos de la réponse de Caritas, Mgr Charles Bo de Yangon a déclaré: « Comme de bons Samaritains, beaucoup d’entre vous sont arrivés dans la semaine […] Votre démonstration de solidarité nous a rendus si forts, si unis, si inspirés […] Vous avez envoyé vos meilleurs hommes et femmes, dont la compétence professionnelle est assortie d’un grand sentiment de compassion humaine. »

Une fois l’urgence passée, Caritas et l’Eglise ont concentré leurs efforts sur la reconstruction des communautés en aidant habitants des villages à se remettre au travail, à accroître les possibilités d’éducation, à reconstruire les infrastructures afin d’améliorer les transports et le commerce, à identifier leurs faiblesses et à se préparer aux catastrophes futures.

Plus de 4 100 personnes ont pris part aux programmes ‘rémunération-contre-travail’; Caritas, l’Eglise et leurs partenaires ont construit ou réparé 19 routes et 7 ponts et créés 24 bassins en améliorant l’accès à l’eau de plus de 3 000 personnes.

«Aujourd’hui, les communautés sont plus fortes et mieux préparées au cas où une catastrophe devrait frapper de nouveau», a déclaré Alistair Dutton, Directeur humanitaire de Caritas Internationalis. «En trois ans de travail, la Confédération a aidé la population du Myanmar à reconstruire ses maisons et sa vie et à retourner à l’école et au travail. Le cyclone Nargis a été une occasion pour la Confédération de se réunir en famille, de mettre en commun ses ressources et ses connaissances et d’aider la population du Myanmar face à l’une des épreuves les plus difficiles de l’histoire récente.  »