Cette page est aussi disponible en: Anglais, Espagnol

Caritas is helping people rebuild their homes and lives after conflict in Kyrgyzstan. Credits: Laura Sheahen for CRS

Caritas is helping people rebuild their homes and lives after conflict in Kyrgyzstan.
Credits: Laura Sheahen for CRS

« Pendant que je regardais notre maison brûler, j’ai demandé une seule chose à Dieu », nous confie Sohiba Mamatova. « De laisser mon mari en vie ». Il a sur vécu, bien qu’il ait été sauvagement battu dans la rue par une bande d’émeutiers. C’était le Kirghizistan en juin 2010, alors que la violence ethnique dressait les voisins les uns contre les autres.

Sohiba, âgée de 43 ans, s’est échappée avec son fils adolescent tandis que son mari distrayait la foule. Leurs trois autres enfants avaient déjà pris la fuite. Une fois les membres de la famille regroupés et en mesure de rentrer à la maison, il ne restait plus rien, même pas les plantes vertes dont Sohiba, jardinière à ses heures, s’occupait avec soin. La famille a vécu sous la tente durant des mois, parmi les débris et les cendres, appréhendant les rigueurs de l’hiver asiatique.

Des représentants de Caritas Tadjikistan, de Caritas Allemagne et de Catholic Relief Ser vices des États-Unis, se sont associés pour procéder à une première évaluation. Après avoir fourni des secours d’urgence, les Membres de Caritas ont commencé à aider les victimes à reconstruire leur vie. Ils ont offert à Sohiba et à sa famille un logement provisoire, en payant les victimes appauvries de la violence pour dégager les décombres et construire des maisons temporaires. Pendant le dégagement des débris, Sohiba a aperçu quelques-unes de ses plantes. Elles n’étaient pas en très bon état, mais certaines semblaient avoir sur vécu.

Sohiba s’en occupe, tout en préparant le repas dans la cuisine en plein air dont elle dispose maintenant, et s’inquiète des séquelles qu’ont subies ses enfants. Ses propres cauchemars au sujet de la violence viennent seulement de cesser. Les petites plantes lui redonnent de l’espoir. Même si elle a presque tout perdu, Sohiba affirme : « Je remercie Dieu que nous ayons une maison et je prie tous les jours pour un avenir meilleur. Mes plantes refleuriront, et l’avenir sera radieux. »