Cette page est aussi disponible en: Anglais, Espagnol

A sustainable and safer future has also been the focus in rebuilding houses in Haiti. Credits: Liz O'Neil/CRS

A sustainable and safer future has also been the focus in rebuilding houses in Haiti.
Credits: Liz O’Neil/CRS

Il y a une réponse à long terme pour réduire la pauvreté : aider les gens à accroître la résilience de leurs activités de subsistance. Secours Catholique, la Caritas nationale française, a collaboré avec la population locale pour améliorer la production alimentaire, en soutenant les plus vulnérables avec des rations alimentaires, afin qu’ils ne soient pas acculés à manger leurs réser ves de semences. Grâce à des programmes « Vivres contre travail » aux Cayes dans le sud d’Haïti, Secours Catholique a aidé les communautés à construire des digues contre les inondations. Maintenant, les phénomènes climatiques extrêmes n’emporteront plus leurs récoltes, comme ils l’ont fait dans les années précédentes.

Une autre priorité dans la reconstruction de maisons a été un avenir viable et plus sûr. « Les choses ont bien changé. Aujourd’hui, lorsque nous construisons, nous faisons beaucoup plus attention », précise Lucien Wilner, un charpentier qualifié et employé par Cordaid, ou Caritas Pays-Bas. « Avant le tremblement de terre, on ne construisait pas de cette manière, mais maintenant nous n’aurons plus autant de morts. » Lucien fait partie d’un programme de lutte contre le chômage qui atteint un taux de 50 pour cent en Haïti, tout en donnant un toit aux personnes sans domicile fixe.

« Nous avons choisi d’utiliser le pin traité », dit Michiel Mollen, coordonnateur du programme de logement de Cordaid. « Les termites ne s’y attaquent pas. Il résiste aussi beaucoup mieux aux ouragans. Et le bois est importé, donc nous ne contribuons pas au déboisement d’Haïti. » On évite le ciment, car depuis le tremblement de terre, bien des Haïtiens sont maintenant terrifiés d’entrer dans des immeubles construits avec ce matériau.

Luscemane César et son épouse Yolène reconstruisent eux-mêmes leur maison, avec l’appui de Caritas Autriche. Le couple et leurs deux jeunes filles se sont échappés lorsque leur maison s’est écroulée autour d’eux. Ils avaient mis quatre ans à la construire, et elle a été détruite en quelques secondes. La mère âgée de Luscemane a été gravement blessée. « Elle a été frappée par les briques qui tombaient et a perdu connaissance. Nous avons réussi à la sortir juste à temps avant que la maison ne s’effondre », dit Yolène.

Dès que les César ont été choisis pour le programme de reconstruction, Luscemane s’est mis au travail sans tarder pour dégager les débris de son ancienne maison. Une tente a été remise à la famille afin qu’elle puisse vivre sur le chantier, avec des outils, des matériaux et de l’aide d’experts. « Nous avions besoin d’une maison et j’étais prêt à travailler jour et nuit pour aider Caritas à la construire », dit-il fièrement. « Comme nous trouvons seulement des emplois occasionnels, nous n’y serions jamais arrivés seuls. »

Caritas Autriche a pour objectif de construire 500 maisons permanentes au cours des deux ou trois prochaines années, tout en modifiant les pratiques de construction afin de protéger la sécurité des Haïtiens et de les aider à échapper au cycle de la pauvreté.