Cette page est aussi disponible en: Anglais, Espagnol

The Philippines’ first Catholic HIV/AIDS network was launched in Tagaytay. Credits: Caritas

The Philippines’ first Catholic HIV/AIDS network was launched in Tagaytay.
Credits: Caritas

Pendant longtemps, les Philippines avaient un taux de prévalence du SIDA relativement bas, mais au cours des dernières années, la situation a changé. Aujourd’hui, il semble que le VIH s’y répande rapidement, mais la prévalence du virus reste difficile à évaluer.

Récemment, le premier réseau catholique contre le VIH et le sida a été lancé à Tagaytay aux Philippines. Ce réseau arrive au moment juste, s’est félicité Msgr Robert Vitillo, expert sur le VIH et le sida chez Caritas Internationalis. Caritas Philippines jouera un rôle clé dans le nouveau forum.

« Ce réseau est très important parce que le VIH pourrait maintenant se répandre beaucoup plus vite que dans le passé », a déclaré Msgr Vitillo.

Aux Philippines, il y a un grand nombre de migrants qui quittent leur pays pour partir travailler à l’étranger. Plus à risque d’être infecté par le VIH en raison de ce séjour à l’étranger, cette population semble contribuer à une augmentation du nombre de personnes séropositives aux Philippines.

Le réseau coordonnera et renforcera le travail accompli par l’Eglise en matière de VIH. L’Eglise et Caritas ont déjà mis en œuvre plusieurs programmes aux Philippines. Ils servent notamment à apprendre aux communautés à s’aider de manière indépendante.

Un projet pilote de Caritas, destiné à lutter contre la stigmatisation et la discrimination des personnes séropositives dans les communautés sera prochainement appliqué dans 29 diocèses.

Aux Philippines, l’Eglise est très active dans la lutte contre le SIDA. Elle propose des diagnostiques, des traitements, de l’assistance psycho-sociale, des formations et des activités rémunérées pour les malades.

« Nous devons maintenant coordonner nos efforts, nous soutenir les uns les autres, partager nos expériences et nous renforcer les uns les autres. C’est la raison pour laquelle nous avons crée ce réseau », a dit l’évêque de Manille, Broderick Pabillo.