Cette page est aussi disponible en: Anglais, Espagnol

Please continue praying for peace in Sudan and South Sudan. Credits: Caritas

Please continue praying for peace in Sudan and South Sudan.
Credits: Caritas

Si le Soudan et le Sud-Soudan continuent à suivre la voie de la guerre, leurs populations se trouveront face à une crise humanitaire.

Les affrontements qui durent depuis des mois se sont intensifiés au cours de ces dernières semaines menant les deux parties belligérantes au bord d’une guerre totale.

Caritas affirme qu’elles ne pourront régler leurs différends que par des négociations pacifiques, et qu’en cas de retour aux combats, tout le monde y perdra.

Les enjeux sont de taille.

Deux millions de personnes ont été tuées et quatre millions forcées de quitter leurs maisons à cause d’une guerre qui a duré des décennies et qui a pris fin en 2005 avec l’Accord de paix global, menant à l’indépendance du Sud-Soudan en 2011.

Dans les deux pays, mais surtout au Sud-Soudan, les services médicaux sont de très mauvaise qualité, les pénuries alimentaires représentent une préoccupation constante, et les infrastructures sont faibles.

Il est à craindre que les 500 000 Sud-Soudanais qui vivent actuellement au Soudan fuient vers le sud, déclenchant ainsi une énorme crise de réfugiés.

Caritas a travaillé des deux côtés de la frontière, mis en place l’aide et préparé les communautés à toute situation d’urgence possible.

La guerre n’est pas inévitable.

Les deux parties peuvent encore résoudre leurs divergences au sujet de la délimitation des frontières, du statut des zones contestées d’Abyei, du Kordofan du sud et du Nil Bleu, et des droits sur le pétrole aux termes de l’Accord de paix global.

Les tensions entre le Soudan et le Sud-Soudan pourraient être désamorcées si les Nations Unies et l’Union africaine servaient d’intermédiaires dans les différends et tentaient de déterminer de manière juste la frontière entre les deux pays.

Les Églises chrétiennes, y compris l’Eglise catholique, ont été les défenseurs de la paix au Soudan et au Sud-Soudan.

A Pâques, l’archevêque Paolino Loro Lukudo de Juba, du Sud-Soudan, a appelé à mettre fin à la guerre frontalière, en affirmant que la violence n’est pas en accord avec l’intention de paix de Dieu pour tous, comme il a été promis par la résurrection du Christ.

Caritas a pris part à une campagne de prière mondiale qui a précédé le référendum et la déclaration d’indépendance du Sud-Soudan et demande à tous ceux qui la soutiennent de continuer à prier pour la paix.