Cette page est aussi disponible en: Anglais

Women are the main user of the oven programme OCADES/HCR In the camp of Godebu in Burkina Faso. Credits: Photo Simone Stefanelli

Women are the main user of the oven programme OCADES/HCR In the camp of Godebu in Burkina Faso.
Credits: Photo Simone Stefanelli

« Il nous a fallu faire trois jours à dos d’âne pour d’atteindre la frontière du Burkina,  » dit Madina Wallet , refugiée Malienne qui a quitté son village de Goa en février 2012 suite aux attaques dans le Nord du pays entre les rebelles Touareg et Islamistes.

« Nous n’avions rien avec nous , sinon nos habit sur le dos, nous étions 11 en tout avec ma mère ,ma sœur et nos enfants quand nous sommes arrives au camp, « dit elle . 150 000 réfugiés ont quittés le Mali pour le Burkina Faso, le Niger, la Mauritanie et le Chad , suite à la crise qui secoue leur pays depuis Janvier 2012. Plus de 230 000 Maliens sont également des déplacés internes fuir les zones de combats.

Depuis l’intervention française récente ce nombre continue à fluctuer. Ces mouvements de populations sur fond de crise alimentaire qui frappe cette région du Sahel, ont un impact considérable dans cette région fragile du Sahel.

Le partage des ressources naturelles déjà limitée , la pression sur l’écosystème poussée par la demande pour l’énergie domestique tel que le bois et le pâturage nécessaire pour le bétail, ne cesse d’augmenter.

OCADES – Caritas Burkina Faso, en coopération avec le UNHCR (Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés ) ont lancés un projet de distribution et de confection de foyers de cuisson dans quatre autres camps de réfugiés.

Ces foyers-dit améliorés-ont pour but d’optimiser la cuisson, de réduire la quantité de bois de chauffe nécessaire et de sensibiliser la population à la protection de l’environnement.

« Ici c’est le désert , il y a beaucoup de vent « , dit Madina, . » La forme cylindrique des ces foyers protègent le feux. « en plus la consommation de bois est limitée , car avec notre ancien système traditionnel des trois pierres nous gaspillions beaucoup de bois  » ajoute, elle.

« Le bois de consommation journalière d’une famille est de six a dix kilos. Soit 2.4 tonnes par an et par famille. D’après ces fait, il est crucial d’exercer un control sur la collecte du bois et de sensibiliser et aider les refugiés a optimiser la consommation et utilisation des ressources en respect avec l’environnement, » dit Hamidou Sabas Diallo, responsables des programmes et projets pour OCADES.

Une étude effectuée parla Banque Mondiale montre que plus de 34% de combustibles sont ainsi économisés. En comparaison avec les foyers traditionnels en pierre ou 95% de l’énergie est perdue, ces foyers améliorés optimisent la conservation d’énergie . Réduisant par conséquent les émissions de gaz et de fumées nocives .

Au delà du coté pratique, ce projet s’accompagne de formation d’animateurs et de  » team leaders » choisis parmi les réfugiés et tout particulièrement les femmes, principales concernées pour la cuisson d’aliments .

 » Je fais partie des animatrices qui forment le autres femmes du camp à l’utilisation et la fabrication des foyers améliorés en argile. Ils sont beaucoup plus facile à utiliser que nos foyers habituels. Le seul problème que nous avons maintenant c’est qu’ avec l’afflux de nouveau refugiés nous n’arrivons pas à suivre les demandes,  » explique Madina .

Le programme d’OCADES/HCR comprend la distribution de foyers métalliques mais aussi la fabrication de foyers biodégradables, composés d’ argile et de paille. « C’est pratique et ce n’est pas trop difficile à faire , car pour nous sommes familières avec les techniques de poteries, » dit Madina.

D’après Hamidou, » il est important que ces réfugiés s’approprient des nouvelles technologies protectrices de l’environnement. De plus afin d’améliorer leur intégration , nous privilégions l’emploi des compétences endogènes: les réfugiés eux mêmes! » Pour ce faire, ils obtiennent des statuts d’employés de Caritas et bénéficient d’un salaire mensuel.

« Avant le lancement de nos activités, nous faisions recours des services techniques de l’État et des cabinets privés agrées en la matière pour leur formation. Ceci dans l’optique de permettre de bénéficier d’un renforcement de capacités et/où de recyclage, » dit Hamadou.

Les ateliers de formation organisés par OCADES abordent les questions environnementales , la protection de l’écosystème mais aussi touchent l’aspect sécuritaire de ces foyers. Il est important de souligner que les fumées nocives inhalées principalement par les femmes et les enfants en bas âge causent de nombreux problèmes de santé .

La collection du bois de chauffe, l’acheminent du bois mort dans les camps s’ effectue en collaboration avec des agents des Eaux et Forets des localités. Le ciblage et marquage des arbres autour du camp a l’aide de peinture rouge facilite l’identification des arbres a ne pas couper.

OCADES a mis en place un système de camps temporaires, réservés à la collection de bois dans des zones prédéterminées. Formé d’ une équipe mixte composée de refugiés Maliens et d’habitants locaux . Ce système favorise et encourage la coopération et gestion collégiale entre refugiés et autochtones et de plus , permet une rémunération à travers le programme « Cash for Work ».

« Je n’arrive pas à trouver les mots pour expliquer à quel point je suis reconnaissant à Caritas pour l’aide , le soutient et l’écoute et le respect que je reçois dans ce camp, dit Al Haniss un refugié Malien récemment arrivé au camp de Godebu ».