Cette page est aussi disponible en: Anglais

Dozens of bishops and millions of pilgrims take part in a flash mob on the evening of the WYD vigil. Copyright: WYD 2013

Dozens of bishops and millions of pilgrims take part in a flash mob on the evening of the WYD vigil. Copyright: WYD 2013

Par Michelle Hough, Caritas Internationalis communications officer in Rio de Janeiro

Dimanche 28 juillet 2013
Traduit par Sophie Lebrun

J’en ai eu la confirmation : le pape François est plus grand que les Rolling Stones. C’est une femme dans une boutique qui me l’a dit et le Père Lombardi (le porte-parole du pape) m’a confié que des personnes dans son hôtel lui avait dit la même chose. Ouf, me voilà rassurée.

Environ trois millions de personnes sont venues aujourd’hui, dimanche, pour la messe d’envoi des Journées mondiales de la jeunesse sur la plage de Copacabana (oui, plus que le nombre de personnes venues écouter les Rolling Stone il y a quelques années). Mais est-ce vraiment une histoire de chiffre ? Non, a répondu le Père Lombardi cet après-midi. Ce qui compte c’est que le message des JMJ soit bien transmis.

Au cas où ce message a été perdu lors de ces quatre jours très chargés, le pape François l’a glissé à nouveau pendant son homélie lors de la messe ce matin : « Allez, sans peur, pour servir. »

Il a insisté sur l’importance d’agir ensemble et de ne pas être seul : « Quand nous affrontons ensemble les défis, alors nous sommes forts, nous découvrons des ressources que nous ne pensions pas avoir. Jésus n’a pas appelé les Apôtres à vivre isolés, il les a appelés pour former un groupe, une communauté. »

Les JMJ ont donné un cours accéléré en compagnonnage pour ceux qui n’avaient pas l’habitude de vivre en communauté. La nuit dernière, des millions de gens se sont serrés les uns contre les autres sur la plage de Copacabana pour prendre part à la veillée. Beaucoup d’entre eux avaient prévu leur sac de couchage et ont dormi sur place.

J’ai demandé à Thierry, un pèlerin français, alors qu’il rentrait à son hotel cet après-midi, si cela valait la peine : « C’était la plus belle nuit de ma vie ! Cela valait le coup, il y avait un tel sentiment d’unité. »

L’ambiance à Rio a été électrique lors de ces derniers jours. On ressent une vraie énergie et un élan de possibilité. Le pape François semble avoir un petit peu de magie avec lui et fait fondre les cœurs où qu’il aille.

« Je pense que c’est le début de quelque chose de nouveau, expliquait Ana, une habitante de Rio. On sent une espérance naissante, et cette impression que les choses peuvent changer. Le pape peut dire tout, les gens l’écoutent. »

Le pape François rentre à Rome ce dimanche soir (et va retrouver une vague de chaleur de 40°C) et Rio récupère Copacabana et un rythme normal. Pendant ce temps, Cracovie a intérêt à commencer à chercher des espaces assez grand pour accueillir des millions de pèlerins, puisque c’est là-bas, en Pologne, que les prochaines Journées mondiales de la jeunesse auront lieu en 2016.