Cette page est aussi disponible en: Anglais, Espagnol

Food, water, medical supplies and temporary shelter are in urgent need. Credit: Andreas Zinggl/Caritas Austria

Food, water, medical supplies and temporary shelter are in urgent need. Credits: Andreas Zinggl/Caritas Austria

La population des Philippines a désespérément besoin d’aide, affirme l’équipe de Caritas Autriche à Cebu, l’une des zones frappées par le typhon Haiyan. L’ampleur de la catastrophe a laissé tout le monde atterré.

Les secours de Caritas sont arrivés. Depuis dimanche, Caritas Philippines a pu venir en aide aux survivants, en collaborant avec l’équipe diocésaine. Elle concentre ses activités dans les régions de Palo, Jaro, Capiz et Cebu.

Dix camions chargés de vivres iront à Ormoc, dans la province de Leyte, près de 50 colis de secours, contenant vêtements et médicaments, ont été livrés à un hôpital local à Cebu, et un camion chargé d’articles de secours a été envoyé dans la ville de Bogo, dans le nord ravagé.

Les fortes pluies de mardi aggravent les conditions de vie des survivants et rendent les opérations de secours plus difficiles. Les familles dorment sous les intempéries et ont besoin de biens de première nécessité pour s’en sortir. Plus de 670 000 personnes ont été forcées de quitter leur maison. En se basant sur les chiffres démographiques relatifs aux zones frappées directement par le typhon, il est probable que 500 000 maisons aient été détruites.

Les abris d’urgence restent une priorité absolue. CRS, un membre de Caritas, a acheté 32 000 bâches, qui ont déjà commencé à arriver dans le pays avec des approvisionnements en eau et des services d’assainissement.

Dans la ville de Tacloban où les rues sont inondées, on craint de plus en plus que les corps, les déchets et les eaux usées entraînent des épidémies. L’hygiène et l’assainissement sont essentiels pour prévenir les maladies d’origine hydrique qui se répandent souvent dans des conditions de pollution et de surpeuplement.

Les personnes touchées s’élèvent maintenant à 11,3 millions, mais le gouvernement affirme que le nombre de morts pourrait ne pas être aussi élevé que prévu. Le Président Benigno Aquino s’attend à un bilan d’environ 2 000-2 500 morts.

Évaluer les dommages, venir en aide aux sinistrés, transporter les secours et aider à reconstruire un pays et ses habitants afin qu’ils soient mieux équipés quand la prochaine crise subviendra, ce sont autant de défis auxquels sont confrontées les organisations Caritas aux Philippines.