Vilma and children at a Caritas Cebu food distribution in San Remigio. Credit: Ryan Worms/Caritas

Vilma and children at a Caritas Cebu food distribution in San Remigio. Credit: Ryan Worms/Caritas

Por Ryan Worms

« La solidarité est très importante aux Philippines», dit Trixie Suarez, directrice de l’école Singapore à Cebu. « Nos élèves avec leurs professeurs organisent des collectes de fonds qui nous permettent, avec Caritas, de venir en aide aux populations victimes des catastrophes naturelles qui frappent notre pays ».
Trixie Suarez, une quinzaine d’élèves et de membres de Caritas Cebu distribuaient aujourd’hui des colis d’aide alimentaire et de bien de première nécessité aux victimes du typhon Haiyan.

Au nord de l’île, à San Remegio et à Medellin, la directrice d’école et les élèves sont surpris par l’ampleur des dégâts. Au bord des routes, les câbles électriques s’entremêlent avec les innombrables arbres arrachés. Toutes les maisons qui ne sont pas complètement détruites portent les marques de l’extrême violence du Typhon. Les deux églises dans lesquelles s’organisent les distributions sont elles aussi partiellement détruites. Depuis le passage de Haiyan, le nord de l’île manque toujours de nourriture et surtout de matériel pour construire des abris temporaires.

L’aide internationale fait encore face à des défis importants ce qui retarde les distributions des biens nécessaires aux populations. Dans ce contexte, les colis préparés par les élèves provoquent rapidement l’attroupement de plusieurs centaines de victimes qui espèrent trouver de quoi se nourrir et de quoi construire un abri pour leur famille.

Malgré les besoins pressants des personnes venues recevoir de l’aide, les distributions se font dans le calme et les rescapés de San Remegio et de Medellin accueillent chaleureusement les équipes responsables de la distribution.

Elles acceptent volontiers de décrire les difficultés qu’elles doivent affronter et sont très reconnaissantes de toute l’aide qui peut leur être fournie.

Les rescapés de Hailan démontrent également une grande solidarité les uns envers les autres comme l’illustre l’exemple de Vilma.

Présente à la distribution avec ses deux jeunes enfants, cette résidente de San Remegio nous interpelle. « Je suis veuve avec mes deux enfants et notre maison n’a plus de toit, dit-elle. Nous dormons dehors, mais heureusement nous avons une petite terrasse dont le toit n’a pas été emporté. En plus j’avais fait quelques réserves de riz alors je ne plains pas. » Elle nous explique que si elle souhaite nous parler c’est au sujet de deux de ses voisines qu’elle nous présente. « Voici Thelma, elle n’a plus de maison du tout, plus de nourriture ni de vêtement, elle a tout perdu. Elle vit avec son enfant et elle est enceinte de 8 mois. C’est elle qui doit être aidée en premier, moi je peux attendre, mais Thelma ne peut pas accueillir son bébé sans avoir un toit. Et elle c’est Emma. Elle aussi doit recevoir de l’aide tout de suite, car elle a perdu sa maison et elle vit avec ses cinq jeunes enfants.»

La solidarité dont font preuve entre elles les rescapés du typhon est une inspiration à redoubler d’effort et à maintenir la mobilisation internationale pour qu’elles puissent surmonter les tragédies dont elles sont victimes.

Aujourd’hui 3600 personnes ont reçu de l’aide alimentaire et des biens de première nécessité.