Cette page est aussi disponible en: Anglais, Espagnol

Syria Turkey pic

Crédit : Caritas Turquie

« Je n’aurai jamais cru que ma vie serait comme ça sans dessus dessous », a déclaré une Syrienne actuellement réfugiée en Turquie. « Comme famille, nous étions sains et heureux en Syrie. »

Cette femme de 55 ans est mère de 4 enfants.

« Je n’arrête pas de réfléchir aux moments où cette situation infernale a commencé dans mon pays », dit-elle. « Maintenant j’ai un cancer. Est-ce par hasard si je me retrouve malade en ce moment-même ? Je suis tellement inquiète pour mes enfants. Ils vont au-devant de jours difficiles. »

Elle est soutenue par un programme de Caritas à Istanbul pour ses médicaments et d’autres besoins élémentaires comprenant à la fois de la nourriture et des articles ménagers.

Son état d’humeur s’est amélioré depuis qu’elle a commencé des séances avec une thérapeute ; elle a aussi commencé à participer aux activités du groupe de femmes organisées par Caritas à Istanbul.

« Je remercie tout le monde pour leur soutien humanitaire », dit-elle. « Je suis heureuse d’avoir rencontré un groupe de nouvelles amies à travers Caritas. Je me sens plus sereine car je sais qu’il y a des personnes qui s’intéressent à nos douleurs. »

« Il nous faut plus que du pain. Nous avons besoin de sentir la solidarité. »

Deux de ses enfants prennent part à des activités éducatives pour les réfugiés syriens à Istanbul. Et une de ses filles suit un cours de langues promu par Caritas.

Les mots que cette mère répète chaque fois à Selen, sa travailleuse sociale de Caritas, sont : « Atek ilafi » (Dieu te bénisse).

Ces mots rendent Selen très heureuse, mais en même temps elle se sent mal à l’aise. Elle essaie de lui expliquer que l’accès aux médicaments et aux besoins élémentaires comme la nourriture sont ses droits humains fondamentaux. L’accès aux besoins humains élémentaires, le droit de vivre dans la dignité ne devraient pas faire que des personnes se sentent débitrices envers d’autres.

Ce cataclysme en Syrie, qui ne semble pas sur le point de se terminer, provoque des dommages irréparables parmi la population. En ce moment, il y a environ un million de réfugiés syriens en Turquie.

Dans ce pays-là, les services de Caritas répondent par la distribution de biens au travers du programme alimentaire et non-alimentaire, le travail social et l’accompagnement, le soutien médical, les activités sociales, le soutien aux structures de formation et d’éducation.