Cette page est aussi disponible en: Anglais, Espagnol

Caritas Ukraine’s Executive Director Andrij Waskowycz

Directeur exécutif de Caritas Ukraine, Andrij Waskowycz

L’inquiétude grandit face aux troubles meurtriers qui persistent en Ukraine. Depuis novembre, les manifestants et la police se sont affrontés à plusieurs reprises. Ces derniers jours, les violences ont augmenté dans la capitale, Kiev, et dans tout le pays.

Les membres du personnel ecclésial ont essayé de servir de médiateurs entre les deux parties. Caritas Ukraine vient en aide aux personnes, là où elle peut.

Andrij Waskowycz, le Directeur exécutif de Caritas Ukraine, affirme qu’une feuille de route est nécessaire pour résoudre la crise de manière pacifique.

« Nous sommes dans une impasse », a-t-il expliqué. « Les parties n’ont pas confiance l’une dans l’autre. Nous essayons de trouver des médiateurs et espérons résoudre la question par le dialogue ».

Il nous explique quels sont les problèmes : la corruption, le manque de transparence, un effondrement de l’État de droit et un sombre avenir pour la démocratie. Caritas Ukraine a également condamné l’usage excessif de la force par le gouvernement, notamment la détention de manifestants.

« Les manifestants ne sont pas contre le gouvernement, ils défendent des droits et des principes fondamentaux », a déclaré Andrij Waskowycz.

Caritas Ukraine intervient en apportant l’aide aux personnes âgées et aux personnes vivant avec le VIH et le sida. Elle a mis en place des points d’aide pour ceux qui ont besoin d’assistance contre le froid rigoureux, en particulier les sans-abri. De plus, Caritas aide les migrants vivant à l’étranger afin qu’ils puissent retourner en Ukraine.

Or, ces activités sont menacées.

« La contestation a concerné l’ensemble de la société civile », a déclaré Andrij Waskowycz. « Une loi du 16 janvier a déclaré que toutes les organisations qui reçoivent des dons étrangers sont des agents d’une puissance étrangère. C’était une tentative de discréditer la société civile.

« Cette loi concerne aussi les organisations de l’Église. Il y a même eu des menaces contre ses responsables. Elles sont perçues comme étant trop grandes et trop indépendantes ».