Cette page est aussi disponible en: Anglais, Espagnol

Les bateaux distribués par le diocèse de Palo, à la suite du typhon Haiyan. Crédit : Mark Mitchell / Caritas Nouvelle-Zélande

Au lendemain du super typhon Haiyan, Caritas change à présent d’orientation, pour passer de la réponse d’urgence au redressement sur le long terme.

Haiyan (connu localement sous le nom de « Yolanda ») a dévasté les Philippines de long en large le vendredi 8 novembre, détruisant tout sur son passage. Il s’agirait, semble-t-il, du plus violent cyclone tropical à avoir jamais touché terre.

L’impact de cette tempête a été énorme : plus de 16 millions de personnes ont été affectées et 4 millions contraintes à fuir de chez elles. Plus de 1,1 million de demeures ont été endommagées, dont environ la moitié sont complètement détruites.

La Grande Tempête raconte l’histoire dramatique de comment Caritas a aidé les survivants au lendemain du super typhon Haiyan (en anglais).

Caritas comme premier secours

L’Église catholique des Philippines a été l’une des premières institutions à répondre à l’urgence, mobilisant des ressources dès que le typhon a frappé. Grâce à un programme d’aide d’urgence de 5,6 millions d’euros, Caritas Internationalis a pu atteindre 275 000 personnes dans neuf diocèses à travers les églises locales.

Le Cardinal Luis Antonio Tagle, Archevêque de Manille, a fait l’éloge du rôle joué par la confédération Caritas.

« Caritas Internationalis et Caritas Philippines-NASSA ont mené ce travail de coordination. Les diverses Caritas locales ont travaillé ensemble et fait de Caritas Philippines le centre d’échange de tous leurs efforts », a dit le Cardinal Tagle.

Grâce à un énorme élan de soutien de la part du réseau Caritas, le programme d’urgence a été complètement financé par plus de 30 différentes organisations Caritas du monde entier.

Caritas donnera à 10 000 familles un avenir plus lumineux en les aidant à gagner leur vie. Jen Hardy/CRS

Caritas donnera à 10 000 familles un avenir plus lumineux en les aidant à gagner leur vie. Jen Hardy/CRS

Points saillants à ce jour

  • Fourniture immédiate de nourriture et d’articles ménagers à 125 000 personnes, et de kits d’hygiène à 275 000 personnes.
  • Au moins 100 000 personnes ont reçu un abri au travers de kits d’urgence comprenant des bâches en plastique et des outils.
  • Des bateaux de pêche et des kits d’agriculture à petite échelle ont aidé 13 000 familles à se remettre sur pied.
  • Des subventions en espèces ont été données à 20 000 familles particulièrement vulnérables, ce qui a aussi aidé à revitaliser l’économie locale.

Nous nous relèverons de ce coup

Les activités humanitaires commençant à diminuer, l’attention se reporte maintenant sur l’aide au redressement sur le long terme, afin de mieux reconstruire les vies des habitants et de réduire leur dépendance à l’aide humanitaire.

Caritas Internationalis lance un programme de redressement de 9,7 millions d’euros, pour une année et pour 100 000 personnes des zones les plus durement frappées. Tous les programmes de Caritas sont développés avec la participation des communautés à qui l’aide est destinée.

Ce programme comprend la construction de maisons permanentes pour 3700 familles. Ces édifices seront en mesure de mieux résister aux futurs typhons, les Philippines recevant chaque année la visite d’environ 22 d’entre eux.

Caritas Philippines fournira aussi de l’eau à 24 000 personnes. Et elle donnera à 10 000 familles un avenir plus lumineux en les aidant à gagner leur vie.

Cette étape est essentielle pour ce qui est de combler la brèche avant les activités de développement sur le long terme et est cruciale pour garantir qu’il n’y ait pas de rechute dans une situation de crise humanitaire.

Aux Philippines, babangon po kami signifie « nous nous relèverons de ce coup » et Caritas s’engage à faire partie de ce voyage dans lequel le pays se construit un avenir moins vulnérable.