Cette page est aussi disponible en: Anglais

Caritas is working with partners to combat the Ebola outbreak with information on how to keep families safe and to prevent the spread of Ebola and to distribute soap and chlorine. Credit: UNICEF Guinea

Caritas et ses partenaires luttent contre la propagation d’Ébola, en enseignant aux familles à se protéger et à prévenir la contagion du virus, et en distribuant du chlore et du savon. Photo: UNICEF Guinée

Caritas Internationalis lance un appel d’urgence suite à la propagation de fièvre Ébola en Guinée, en Afrique de l’Ouest.

L’Ébola est une fièvre hémorragique contre laquelle  aucun vaccin ni traitement n’existe. C’est l’une des maladies virales les plus virulentes connues de l’humanité. Son taux de létalité peut atteindre jusqu’à 90 pour cent.

À ce jour, plus de 130 personnes sont décédées depuis que la fièvre Ébola a été détectée en février, pour la première fois dans l’histoire de la Guinée, dans une région isolée du pays.

Ce virus tue rapidement et paralyse ses victimes, il quitte donc rarement les zones forestières isolées, mais cette fois-ci il s’est répandu jusqu’à la capitale, Conakry, et au Libéria voisin.

Il a créé la panique dans les pays ouest-africains, où les systèmes de santé sont médiocres et mal préparés pour affronter l’Ébola, et où les frontières sont poreuses.

Caritas Guinée (OCPH)  travaille avec le gouvernement et l’UNICEF, l’agence d l’ONU pour les enfants, dans les zones les plus touchées.

Caritas a déjà aidé 60 responsables de communautés à transmettre des messages de santé publique et à distribuer du chlore et du savon à près de 100 000 personnes.

L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a déclaré qu’il faudrait deux à quatre mois pour contenir cette propagation d’Ébola, qui est, a-t-on dit, l’une des plus graves auxquelles on n’ait jamais été confrontés.

[Tweet « Prions aussi pour les victimes du virus Ébola – le pape François »]

Bien que le ministère de la Santé affirme que le nombre de décès causés par le virus Ébola a considérablement ralenti et que la propagation est presque maîtrisée, le gouvernement a demandé à Caritas de poursuivre son œuvre.

Un appel d’urgence a été lancé pour un montant de 137 088 € (189 661 $) afin de pouvoir fournir des kits de prévention à 28 000 personnes, mettre en place un système d’alerte précoce et mener d’autres campagnes de santé publique.

Caritas travaillera dans les districts suivants : Macenta, Kissidougou, Guéckédou, N’Zérékoré et Faranah.

Les kits de prévention contiennent entre autres du chlore et du savon. La campagne de santé publique sera menée sous différentes formes, notamment émissions radio, réunions publiques et porte à porte. Elle devrait atteindre 125 000 personnes.

Le pape François a affirmé: « Prions aussi pour les victimes du virus Ébola, qui s’est propagé en Guinée et dans les pays limitrophes. Que le Seigneur soutienne les efforts visant à combattre ce début d’épidémie et assurer soins et assistance à ceux qui en ont besoin »