Cette page est aussi disponible en: Anglais, Espagnol

@ Sam Phelps/CRS

Crédit : Sam Phelps, pour CRS

Le président de Caritas Centrafricaine a fermement condamné le meurtre d’un prêtre ce vendredi saint dans le diocèse de Bossangoa.

Les rapports évoquent que P. Christ Forman Wilibona a été abattu de six balles par des hommes armés alors qu’il se trouvait sur une moto en plein trafic. Il se dirigeait vers Paoua, où il était le prêtre paroissial de l’église Saint Kisito.

Dans une déclaration publique à la suite de ce meurtre, l’Archevêque Dieudonné Nzapalainga, dirigeant de Caritas RCA, a dit :

« Nous dénonçons et condamnons ces actes barbares venus d’un autre âge. Ils pourraient compromettre le mouvement en direction d’une réconciliation nationale que nous attendons depuis si longtemps. »

L’archevêque en appelle au gouvernement de la RCA pour qu’il rétablisse l’État de droit, et à l’Union africaine et aux forces internationales pour qu’elles désarment les milices, afin que les gens soient libres de se déplacer au sein du pays.

Selon lui, ce meurtre marque une recrudescence de violences contre les religieux, en particulier contre ceux du nord-ouest du pays.

Le meurtre de P. Wilibona est advenu deux jours après que l’Évêque de Bossangoa Nestor Azagbya Nongo et trois prêtres diocésains ont été kidnappés par une milice d’ex-Séléka à Batangafo, puis relâchés.

« Nous invitons les personnes en République centrafricaine, ainsi que tous les hommes et les femmes de bonne volonté à prier pour le retour de la paix et de la sécurité dans notre pays et pour qu’ils ouvrent leur cœur au dialogue et à la réconciliation », a dit l’Archevêque Nzapalainga.