Cette page est aussi disponible en: Anglais, Espagnol

Des dirigeants de Caritas participant à une réunion « de la nourriture pour tous » à Rome cette semaine soulèvent du pain. Crédit : Sheahen / Caritas

Des dirigeants de Caritas participant à une réunion « de la nourriture pour tous » à Rome cette semaine soulèvent du pain. Crédit : Sheahen / Caritas

Des experts de Caritas venus du monde entier se réunissaient cette semaine à Rome pour débattre de la faim et de comment y mettre un terme d’ici 2025. Réfléchissant à des stratégies autour de la campagne « Une seule famille humaine, de la nourriture pour tous », les participants ont débattu de défis extrêmement variés, tels que le droit aux semences, les suicides de fermiers dus aux dettes, la corruption « nourriture contre vote », les programmes d’alimentation à l’école pour les enfants victimes de malnutrition, et autres thèmes.

« Chaque année, des gens souffrent de la faim dans mon pays », a dit Carsterns Mulume, Directeur national de Caritas Malawi / CADECOM. « En tant que pays, nous produisons beaucoup de nourriture. Mais au niveau individuel, certains n’y ont pas accès. Il y a de la souffrance sur une terre d’abondance. »

Les participants à la réunion en ont appris davantage sur les Directives volontaires de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), qui soutient le droit à la nourriture. Ils ont débattu de lois nationales qui traitent de la faim, telles que les programmes de l’Inde pour donner des repas gratuits aux enfants, et de l’effet de la distribution de nourriture sur les économies agricoles.

Mercredi, le rapport de Caritas « Les conséquences du changement climatique sur l’alimentation mondiale » a été exposé lors d’un événement suivi par les participants à la réunion « de la nourriture pour tous », par le personnel de certaines ambassades près le Saint-Siège et par des représentants d’ONG. « Le changement climatique a un fort impact sur la sécurité alimentaire, et affecte de ce fait les besoins fondamentaux des personnes », a dit Michel Roy, le Secrétaire Général de Caritas Internationalis. M. Roy a aussi dit que le soutien à l’agriculture à petite échelle est crucial dans le processus d’adaptation des communautés au changement climatique.

« Le changement climatique représente un risque réel pour nous. Nous sommes des îles basses », a dit Amelia Ma’afu de Caritas Tonga en Océanie. « Certaines îles sont en train de couler. »

Les dirigeants de « la nourriture pour tous » partagent les meilleures pratiques pour la réduction de la faim, ainsi que pour la sensibilisation sur les questions morales et juridiques touchant au droit à la nourriture à travers le monde. « Nous ne pouvons pas rester passifs quand un de nos frères ou une de nos sœurs se retrouve sans nourriture », a dit Martina Liebsch, Directrice de Politiques et Plaidoyer à Caritas Internationalis. « Le monde a réduit la faim de manière significative ces 20 dernières années, mais des millions de personnes vont toujours au lit la faim au ventre. Nous devons faire davantage pour les nourrir jusqu’au dernier. »