Caritas sauve des vies en République centrafricaine

CARLanding

Caritas travaille pour protéger des vies, consolider la paix et aider la République centrafricaine (RCA) à se redresser après des mois de turbulences.

Le pays reste encore en proie au trouble.

Plusieurs centaines de milliers de personnes ont fui de chez elles. Elles ont soit quitté le pays, soit se sont réfugiées dans des camps ou des lieux de culte, y compris des missions catholiques.

La moitié de la population a besoin d’aide. Le gouvernement s’est effondré. Les écoles et les hôpitaux ont fermé. Des maisons ont été incendiées.

L’Église catholique est l’une des dernières institutions fonctionnelles à avoir été abandonnée par les gens. Caritas fournit des semences et des outils, reconstruit des maisons, aide les enfants à retourner à l’école et répare des cliniques médicales.

Caritas travaille dur pour la réconciliation et la paix entre les communautés chrétiennes et musulmanes, ce qui comprend la mise sur pied de groupes de paix locaux et le soutien aux efforts diplomatiques internationaux. Ce sont aussi bien les familles chrétiennes que celles musulmanes qui sont abritées par le staff de l’Église et de Caritas.

Caritas opère en RCA à travers la Caritas nationale et ses diocèses, et à travers ses membres Catholic Relief Services et Cordaid.

Les nouvelles de Caritas de la République centrafricaine

  • L’évêque de Bossangoa relâché après son kidnappage en RCA

L’évêque de Bossangoa relâché après son kidnappage en RCA

  • 18 avril 2014

Cette page est aussi disponible en: Anglais, Espagnol

L’évêque Nestor Azagbya Nongo de Bossangoa et trois prêtres diocésains ont été kidnappés le 16 avril à Batangafo. Les gardiens de la paix de l’Union africaine (Misca) ont arrêté un convoi d’ex-Sélékas alors qu’il se dirigeait vers le Tchad avec à son bord les hommes kidnappés.

  • Centrafrique – Une courte marche à la liberté

Centrafrique – Une courte marche à la liberté

  • 27 mars 2014

Cette page est aussi disponible en: Anglais, Espagnol

La sensation de marcher librement dans Bossangoa est très forte. Si elle l’est pour moi, un photographe qui n’ai passé que 3 jours dans cette ville enclavée, il y a 4 mois, je n’ose pas imaginer ce que cela représente pour les habitants de cette ville, pour ceux qui y sont nés et qui viennent d’y passer 6 mois prisonniers.

Médias

Galerie photo République centrafricaine

Rejoignez notre lutte pour les pauvres du monde

Restez informé sur notre travail dans le monde entier, et soyez le premier à savoir comment aider lors d’une urgence.