Cette page est aussi disponible en: Anglais, Espagnol

Caritas et les urgences

Caritas et les urgences
Caritas a une présence mondiale unique – un million d’employés et de bénévoles guidés par la compassion. Quand une catastrophe frappe, elle réagit rapidement et efficacement pour fournir des vivres, un abri, de l’eau potable, un système d’assainissement, une aide médicale, et du réconfort aux personnes endeuillées et désespérées.

Les équipes Caritas locales ont un savoir-faire et une expertise du pays, souvent développés après des dizaines d’années. Elles peuvent également faire appel à la base solide de la famille Caritas – les consœurs de la confédération – si elles ont besoin d’aide supplémentaire. Une Caritas nationale peut demander des spécialistes, des ressources, et des fonds en lançant un Appel d’urgence.

Caritas pense qu’il faut être aussi prêt que possible pour répondre aux urgences en facilitant la prévention et la résistance. Des communautés plus fortes sont plus à même de résister aux catastrophes naturelles à répétition. Sinon, les phénomènes météorologiques extrêmes provoqués par le changement climatique rendront les populations de plus en plus démunies. Caritas s’investit également dans des programmes sur la consolidation de la paix et la transformation des conflits qui s’assurent que des vies et des moyens de subsistance ne sont pas perdus lors d’urgences provoquées par des conflits.

Les nouvelles de Caritas sur les urgences

  • AGIR MAINTENANT POUR ENRAYER LA FAMINE AU SUD-SOUDAN

AGIR MAINTENANT POUR ENRAYER LA FAMINE AU SUD-SOUDAN

  • 17 octobre 2014
Les populations bloquées dans les zones en proie au conflit au Sud-Soudan courent le risque de souffrir de la famine dès le début de l’année prochaine si les mesures nécessaires ne sont pas prises d’ici là.
  • Libéria est changée après Ebola

Libéria est changée après Ebola

  • 30 septembre 2014
C’est un pays qui vient de sortir la tête de l’eau après des années de conflit et de guerre, et qui doit maintenant faire la « guerre » à l’Ebola. Il y a une impression générale de traumatisme psychologique et de colère parmi la population.