Cette page est aussi disponible en: Anglais, Espagnol

Le travail de Caritas sur la migration

Le travail de Caritas sur la migration
Les ouvriers agricoles ou les ouvriers du bâtiment migrants sont parfois surchargés de travail et sous-payés, les travailleurs domestiques sont parfois frappés ou subissent des sévices sexuels, et les enfants migrants vont rarement à l’école et sont parfois exploités. Les migrants font face à de nombreux risques.

Certains sont dupés par des personnes en qui ils ont confiance. Ils sont vendus en esclavage, pour la prostitution, ou deviennent la proie de gangs criminels organisés. Les forces de l’ordre et les agences d’emploi privées abusent aussi parfois des migrants.

Caritas soutient les migrants, fait respecter leurs droits, et les aide à vivre dignement. Elle milite pour une meilleure législation pour les protéger.

Dans ses centres du monde entier, Caritas offre une assistance téléphonique 24h/24, des refuges, une aide juridique et une formation professionnelle aux migrants. Elle travaille au-delà des frontières, faisant le lien entre les pays qu’ils quittent et les pays dans lesquels ils arrivent. Caritas s’assure que les migrants sont conscients des risques avant qu’ils ne partent de chez eux, et qu’ils savent où trouver de l’aide ensuite.

Par l’intermédiaire de ses plaidoyers et de ses campagnes, Caritas s’engage à mettre fin aux abus. Elle nous rappelle que les migrants font partie de notre famille humaine et qu’ils contribuent de façon positive. Caritas œuvre pour changer les lois pour que les migrants soient traités justement, et elle insiste pour que les traités internationaux sur les migrants, les refugiés, les demandeurs d’asile et les personnes ayant subi la traite des êtres humains, soient adoptés, ratifiés, et appliqués.