Cette page est aussi disponible en: Anglais, Espagnol

Caritas et les travailleurs domestiques

travailleurs domestiques

Les travailleurs domestiques n’obtiennent pas souvent un contrat juste – surtout s’ils ne travaillent pas dans leur pays d’origine.

Les femmes, les hommes, et les enfants souffrent souvent de maltraitance physique et verbale quand ils ne sont protégés par aucune véritable loi. Ils peuvent se voir refuser tout congé, ou même travailler sans limite d’heures. Leur droit à un salaire minimum ou aux systèmes sociaux leur sont souvent refusés. Certains employeurs cruels retiennent leur salaire et leur passeport.

Caritas a fait grandement pression pour l’adoption le 16 juin 2011 de la « Convention concernant le travail décent pour les travailleuses et les travailleurs domestiques » de l’Organisation internationale du travail. Cela marque un changement considérable pour la protection des travailleurs domestiques du monde entier, en reconnaissant que leur travail existe au même titre que tout autre. En ratifiant la Convention, les gouvernements acceptent des mesures importantes pour les protéger, réglementer les agences d’emploi privées, et empêcher l’exploitation des mineurs.

Caritas s’est désormais unie à la campagne de la Confédération syndicale internationale, qui pousse pour que la Convention soit appliquée.

Les nouvelles de Caritas sur les travailleurs domestiques

  • Dix questions clés sur la migration

Dix questions clés sur la migration

  • 9 August 2016
En 2015, soixante millions de personnes sont devenues soit des réfugiés, soit des déplacés internes. Martina Liebsch, directrice du département politique et plaidoyer de Caritas Internationalis, analyse comment des grands mouvements de personnes mettent à l’épreuve les nations et les individus.
  • Le développement durable et l’avenir du travail

Le développement durable et l’avenir du travail

  • 9 May 2016
Caritas Internationalis, le Conseil pontifical Justice et Paix et l’Organisation internationale du Travail ont renforcé leurs liens pour promouvoir le travail décent à l’occasion d’un séminaire qui s’est tenu à Rome du 2 au 6 mai.