Cette page est aussi disponible en: Anglais, Espagnol

Le travail de Caritas sur la Santé & le VIH

Le travail de Caritas sur la Santé & le VIH
Caritas œuvre pour dispenser des soins médicaux en cas d’urgence là où les personnes sont vulnérables aux maladies. Des équipes des Caritas nationales mettent rapidement en place des cliniques provisoires pour soigner les infections propagées par l’eau, et les maladies oculaires, de la peau, et des voies respiratoires. Elles donnent des renseignements et le matériel nécessaire pour éviter que la maladie ne se propage. Caritas soutient les services médicaux déjà en place, qui risquent d’être surchargés par la crise.

Quand il n’y a pas d’urgence, Caritas cherche à garder les populations en bonne santé, surtout les plus démunies et les plus vulnérables. Pour ce faire, elle dirige des cliniques mobiles, des dispensaires et des examens de dépistage, des programmes de prévention et de soins médicaux dans le monde entier.

Mettre fin à la maladie et à la perte tragique de vie provoquée par le VIH et le sida est d’une importance majeure. Les personnes les plus démunies des pays les plus pauvres du monde représentent la priorité de Caritas. Elle donne un soutien médical, social, émotionnel, et spirituel aux personnes atteintes du VIH et du sida.

Caritas prête une attention toute particulière aux femmes et à leurs enfants. Sa campagne HAART pour les enfants demande un diagnostic et un traitement précoces du VIH chez les femmes et les bébés. La campagne insiste sur des programmes de dépistage accessibles et des médicaments adaptés. Elle milite pour que toutes les femmes enceintes séropositives soient mises sous antirétroviraux, qu’on leur propose une césarienne programmée, et des alternatives à l’allaitement quand c’est recommandé.

Pour unir les efforts des programmes de l’Église catholique dans les pays en voie de développement, Caritas propose aussi ses services de secrétariat au CHAN (Réseau humanitaire catholique contre le VIH et le sida).

Les enfants atteints du VIH et du sida sont également plus vulnérables à la tuberculose – être atteint des deux est souvent mortel. La tuberculose fait partie de la campagne HAART de Caritas. Elle demande des examens précoces et efficaces, et son traitement. Ses programmes sur la tuberculose chez les adultes se concentre sur les médicaments et les soins, la formation des agents de santé, et la lutte contre le stigma et la discrimination qui s’ensuivent dans bien des cas.

La tuberculose est une maladie de la pauvreté, et ainsi, le travail de plaidoyer de Caritas se concentre sur les causes premières de l’extrême pauvreté dans laquelle des milliards de personnes vivent. Caritas sensibilise aussi sur la relation entre la pauvreté et les maladies connues sous le nom de maladies non transmissibles comme par exemple le diabète, l’obésité, et les maladies du cœur et des poumons. La mauvaise alimentation et les conditions de vie des personnes vivant dans l’extrême pauvreté contribuent au développement de ces maladies. Caritas dirige avec ses partenaires des programmes de dépistage, de prévention et de sensibilisation pour empêcher la pauvreté de tuer les plus démunis.

Les professionnels de la santé craignent qu’une nouvelle pandémie de grippe ne se déclenche. Caritas travaille en collaboration avec d’autres organisations de la santé pour prévoir ce qu’il faudra faire si la maladie se déclenche. Elle compte utiliser au mieux son réseau solide d’organisations membres, en partenariat avec les paroisses locales, pour donner des soins, une écoute, et un soutien. Comme pour toute autre pandémie, ce sont les plus démunis et les plus vulnérables qui sont le plus durement touchés, et ceci de façon disproportionnée. Leur droit à la santé et à la vie doit être protégé.