Défendre les droits des enfants migrants

À l’occasion du 25e anniversaire de la Convention internationale des droits de l’enfant (CIDE) le 20 novembre, Caritas Internationalis dit qu’il faut en faire davantage pour protéger les enfants migrants, et en particulier ceux qui voyagent seuls. Caritas en appelle aux gouvernements pour qu’ils défendent mieux leurs droits, en appliquant des lois clés telles qu’exposées dans la convention.

« La migration des enfants non accompagnés est un phénomène très diffusé. C’est une préoccupation croissante pour Caritas, parce qu’ils sont particulièrement exposés aux violences », dit Martina Liebsch, directrice du plaidoyer à Caritas Internationalis. « 25 ans après la Convention internationale de droits de l’enfant, les gouvernements doivent en faire plus pour assurer que ses dispositions sont pleinement mises en œuvre. Les enfants migrants doivent être protégés et leur dignité respectée. L’intérêt supérieur de l’enfant doit passer en premier, qu’il soit migrant ou non. »

Cette année un nombre encore jamais vu d’enfants migrants – dont beaucoup étaient sans accompagnement – sont arrivés aux États-Unis. Beaucoup fuyaient la violence des pays d’Amérique centrale. Entre temps, la situation politique instable en Afrique de l’Ouest et au Moyen-Orient a porté un nombre croissant d’enfants à partir pour l’Europe.

Un enfant réfugié non accompagné de 12 ans du Myanmar (L) à Mae Ra Ma Luang camp de réfugiés en Thaïlande avec un travailleur social Caritas (R).

Un enfant réfugié non accompagné de 12 ans du Myanmar (L) à Mae Ra Ma Luang camp de réfugiés en Thaïlande avec un travailleur social Caritas (R). Photo par Nicholson / Caritas

À Bethlehem en mai 2014, le pape François a dit : « De nombreux enfants aujourd’hui encore sont exploités, maltraités, tenus en esclavage, objets de violence et de trafics illicites. De nombreux enfants sont aujourd’hui déracinés, réfugiés, parfois noyés dans les mers, spécialement dans les eaux de la Méditerranée. »

La majeure partie des États Membres de l’ONU ont ratifié la Convention internationale des droits de l’enfant. Elle protège les droits fondamentaux des enfants, comme par exemple, le droit à l’alimentation, à l’éducation, au jeu et à l’expression. Toutefois, certains pays ne l’ont pas adaptée à leur législation pour veiller à ce que ces droits soient protégés, tandis que dans d’autres pays, les lois ne sont pas complètement mises en vigueur.

Caritas demande que les gouvernements fassent en sorte que les dispositions de la convention se réfléchissent dans leur législation, et qu’elles soient mises en œuvre. Les politiques devraient être suivies par des organes nationaux et internationaux indépendants, pour s’assurer qu’elles sont conformes.

Caritas est particulièrement préoccupée par la détention des enfants migrants, car il arrive qu’ils soient mis en cellule sous prétexte de l’illégalité de leur présence. Caritas soutient la campagne « En finir avec la détention des enfants », et dit que des alternatives à l’incarcération des enfants doivent être trouvées. Les autorités douanières et policières devraient recevoir des formations spécifiques pour être en mesure de s’occuper des enfants qui migrent d’un pays à l’autre ou au sein d’un pays.

Il faut que le dialogue croisse, entre les gouvernements des pays d’origine des migrants et ceux des pays d’accueil, sur les stratégies pour améliorer les services d’immigration. La collaboration sur le traitement des migrants en situation irrégulière, et en particulier des enfants sans accompagnement, est nécessaire.

Il faut porter davantage attention aux enfants qui migrent après avoir été abandonnés par leurs parents, et il faut fournir un soutien à ceux qui prennent soin d’eux.

Caritas promeut le développement dans les pays d’origine pour veiller à ce que la majeure partie des enfants et des jeunes gens n’aient plus besoin de migrer.

Caritas et Radio Vatican ont organisé un débat pour parler des droits des enfants migrants à l’occasion de l’anniversaire de la Convention internationale des droits de l’enfant. Ce débat sera diffusé sur le web en direct à 16h CET le 18 novembre ici

Pour plus d’informations, contactez Michelle Hough : hough@caritas.va ou appellez les n° : +39 06 69 87 /97 52 ou + 39 334 2344 136

Faire Un Don


Merci de votre don généreux à Caritas. Votre soutien rend notre travail possible.

Pray

Caritas brought together a collection of prayers and reflections for you to use.

Se Porter Volontaire

Les volontaires apportent une contribution cruciale à notre travail. Découvrez comment devenir volontaire.