Caritas marque les dix ans du tsunami en Asie

Le tsunami a touché les communautés du Sri Lanka

Le tsunami a touché les communautés du Sri Lanka

Du 3 au 5 décembre, au Sri Lanka, les organisations Caritas de l’Inde, de l’Indonésie, du Sri Lanka et de la Thaïlande se sont jointes aux membres de la confédération du monde entier, à l’Eglise et à d’autres chefs religieux, en souvenir des victimes du tsunami survenu en 2004 en Asie.

« Dix ans se sont écoulés depuis le tsunami », a déclaré Babita Alick, de Caritas Inde, « et des milliers de personnes souffrent encore de troubles émotionnels. Se souvenir de la puissance destructrice du tsunami , c’est se souvenir de tous ceux qui y ont perdu la vie ».

Le tsunami a frappé le 26 décembre 2004, faisant plus de 250.000 morts et 1,5 millions de sans-abri.

« C’était un matin calme, au lendemain des fêtes de Noël. Et soudain le tsunami a frappé nos côtes avec une violence sans précédent », a déclaré Mgr. Fernando Vianney, président de Caritas Sri Lanka, au cours de la séance inaugurale.

Ce fut une catastrophe sans précédent, allant au-delà de ce que quiconque avait jamais pu connaître.

« Vous étiez mort, noyé, ou votre vie était dévastée », a déclaré Ken Hackett, ambassadeur des Etats-Unis près le Saint-Siège et ancien directeur de CRS, dans son discours d’ouverture. « Des millions de personnes ont été sinistrées, sont restées sans toit, sans moyens pour se protéger ou protéger leurs familles ».

Caritas a rejoint les villageois locaux pour prier pour les victimes du tsunami.

Caritas a rejoint les villageois locaux pour prier pour les victimes du tsunami. Sebastien Dechamps/SC

Le cardinal Malcolm Ranjith était nonce apostolique en Indonésie lors du tsunami et a aidé à coordonner la réponse initiale de Caritas.

Dans son homélie los du 10ème anniversaire de la catastrophe, le cardinal a dit : « Le monde entier est devenu un seul peuple, sans distinction de frontières, de couleur ou de religion, pour montrer sa proximité avec les centaines de milliers de personnes dans la souffrance ».

« La plupart des personnes à Aceh étaient musulmanes, mais Caritas était là, prête à partager ce qu’elle avait sans tenir compte des différences ».

Dans sa plus grande intervention d’urgence à ce jour, la Confédération Caritas a complété un programme de récupération et de réhabilitation à hauteur de
$ 485.000.000.

« Les vagues du tsunami ont emporté tant de vies », a déclaré le Secrétaire Général de Caritas Internationalis, Michel Roy. « Mais une vague de solidarité sans précédent dans l’histoire de l’aide humanitaire a déferlé sur la souffrance des gens ».

Dans les pays touchés, la confédération Caritas :

    • A assisté un million de personnes avec des secours d’urgence.
    • A construit 12.000 abris temporaires et près de 33.000 abris permanents pour aider les personnes à reconstruire leurs maisons.
    • Vu que les gens avaient perdu la capacité de gagner leur vie, Caritas a fourni des moyens de subsistance de remplacement ( bateaux de pêche, moteurs, filets, etc ) et une formation professionnelle à 55.000 ménages en Inde et au Sri Lanka et à 31.000 personnes en Indonésie.
    • Elle a fourni un soutien psychosocial à plus de 700.000 personnes en Indonésie et au Sri Lanka.
    • et en Indonésie a mis en place 350 projets d’infrastructures telles que des écoles, des cliniques, des routes et des marchés.

Notant la vitesse à laquelle il avait reçu un document de 13 pages daté du 30 décembre, intitulé « Caritas Inde/ Caritas CRS – Réponse conjointe à l’urgence tsunami en Inde », l’ambassadeur Hackett a exhorté la confédération à se concentrer sur la préparation des collectivités à risque en prévision de futures catastrophes.

« Pour l’avenir, nous devons encore nous demander si nous sommes prêts pour la prochaine urgence. Dans quelle mesure sommes-nous profondément ancrés et mobilisés dans des lieux à haut risque ? », a-t-il dit, en soulignant également l’importance de la justice sociale dans le domaine humanitaire.

Une sur dix seulement des personnes exposées aux risques naturels vit dans des pays pauvres, mais elles représentent plus de la moitié du total des décès. Le pauvreté équivaut à la vulnérabilité. Le public a appris que, vu que les gouvernements et les entreprises refusent de lutter contre le changement climatique, le problème va s’aggraver.

Au cours de journées de commémoration, des délégués de Caritas ont visité des communauté touchées par le tsunami dans la région côtière du Sri Lanka.

Caritas marque les 10 ans écoulés depuis le tsunami survenu en Asie en prenant part à des célébrations religieuses locales marquant  le 10ème anniversaire de cette catastrophe. width=

« Beaucoup de nos frères ont perdu leurs maisons et leurs toits, et Caritas est venue les aider à reconstruire leurs vies », a déclaré un moine bouddhiste dans un village de la périphérie de Galle. « Nous sommes reconnaissants à toutes les nations qui nous ont accompagnés dans les moments sombres que nous avons vécu ».

Les délégués de Caritas ont rejoint les communautés locales dans leur prière en mémoire des défunts et dans leur action de grâce à Dieu pour les avoir guidés dans la reconstruction après le tsunami.

« Tout ce qu’il y a de plus noble et de plus beau dans l’esprit humain a émergé », a déclaré Mgr. Fernando Vianney, de Caritas Sri Lanka. « Nos cœurs, qui pleuraient les victimes, sont à présent remplis de joie en voyant que les survivants et leurs proches peuvent vivre avec espoir, dans le cadre d’une seule famille humaine ».

Faire Un Don


Merci de votre don généreux à Caritas. Votre soutien rend notre travail possible.

Prier


Caritas a réuni un ensemble de prières et de recueils à utiliser à votre guise.

Se Porter Volontaire

Les volontaires apportent une contribution cruciale à notre travail. Découvrez comment devenir volontaire.