Caritas observe la Journée de la couverture maladie universelle

Nous devons tenir compte des besoins sociaux, émotionnels et spirituels de ceux qui doivent faire face à des épreuves de santé.

Nous devons tenir compte des besoins sociaux, émotionnels et spirituels de ceux qui doivent faire face à des épreuves de santé. Photo par Caritas Europa

Mille millions de personnes n’ont pas accès aux soins de santé de base. Environ 150 millions d’usagers des services de santé sont contraints chaque année de s’endetter, et 100 millions tombent sous le seuil de pauvreté en raison des dépenses encourues pour soins de santé. Quiconque n’est pas en bonne santé ne peut pas atteindre son plein potentiel humain, et la croissance économique de son pays stagne.

Il y a deux ans, le 12 décembre 2012, l’Assemblée Générale des Nations Unies a adopté la résolution « La politique étrangère et la santé mondiale », qui souligne l’importance de la santé comme élément essentiel pour le développement international. L’objectif de la couverture maladie universelle est de garantir à toutes les personnes de pouvoir bénéficier des soins de santé sans se voir pénalisées sur le plan financier si ces soins sont payants.

L’accès aux soins de santé permet aux personnes d’être plus productives et de contribuer ainsi activement au bien-être de leurs familles et de leurs communautés. Il garantit également aux enfants le droit d’aller à l’école et d’apprendre. La couverture maladie universelle est en conséquence une composante cruciale du développement durable et de la réduction de la pauvreté, et un élément-clé de tous les efforts visant à réduire les inégalités sociales.

Selon l’OMS :

  • La couverture maladie universelle ne consiste pas seulement à financer les soins de santé, pour être réussie elle doit couvrir toutes les composantes du système sanitaire : les systèmes de prestation de soins, le personnel sanitaire, les équipements sanitaires ou les réseaux de communications, les technologies sanitaires, les systèmes d’information, les mécanismes garantissant la qualité, la gouvernance et la législation.
  • La couverture maladie universelle ne consiste pas à garantir seulement un forfait minimum de soins de santé, elle doit également garantir la croissance progressive de la couverture des services de santé ainsi que la protection à l’égard du risque financier, au fur et à mesure que les ressources augmentent.
  • La couverture maladie universelle n’est pas l’équivalent d’une couverture gratuite pour toute sorte d’interventions en matière de santé, sans tenir compte des coûts, car aucun pays n’est en mesure de dispenser gratuitement la totalité des services sur une base durable.
  • La couverture maladie universelle nécessite que des mesures soient prises en matière d’équité, de priorités pour le développement, d’inclusion sociale et de cohésion.

Depuis plusieurs années, Caritas et d’autres organisations catholiques proches de l’Eglise ont dispensé des soins de santé à ceux qui en avaient besoin, tant dans des situations d’urgence qu’au quotidien, en renforçant les capacités des communautés locales pour prévenir l’apparition des maladies, et en fournissant des médicaments et toute sorte d’aide vitale pour les programmes de traitement. Depuis 1987, Caritas a concentré en priorité ses efforts dans la réponse à la pandémie de VIH et du Sida. Elle travaille également sur la tuberculose, les maladies non-transmissibles, la pandémie de la grippe et l’Ebola.

A l’occasion de la Journée de la couverture maladie universelle, Caritas veut réaffirmer son appel pour qu’une plus grande attention soit prêtée à la santé, qui constitue une question politique transversale importante dans l’ordre du jour international : la santé est une condition préalable, un résultat et un indicateur du développement durable. Nous exhortons les gouvernements à évoluer vers l’accès aux soins de santé abordables et de qualité pour tous, et à reconnaître le rôle de la santé pour pouvoir atteindre les objectifs internationaux de développement .

A cette occasion, nous insistons sur le fait que l’accès universel aux soins de santé va bien au-delà des soins biomédicaux. Nous devons tenir compte des besoins sociaux, émotionnels et spirituels de ceux qui doivent faire face à des épreuves de santé. Rappelons à cet égard les paroles du Pape François : «La crédibilité d’un système de santé ne se mesure pas seulement à son efficacité, mais surtout à son attention et à son amour envers les personnes, dont la vie est toujours sacrée et inviolable ».

Pour plus d’informations, contactez Michelle Hough : hough@caritas.va ou appellez les n° : +39 06 69 87 /97 52 ou + 39 334 2344 136

Faire Un Don


Merci de votre don généreux à Caritas. Votre soutien rend notre travail possible.

Prier


Caritas a réuni un ensemble de prières et de recueils à utiliser à votre guise.

Se Porter Volontaire

Les volontaires apportent une contribution cruciale à notre travail. Découvrez comment devenir volontaire.