Guerre syrienne : une journée dans la vie

Des douzaines d’obus continuent de pleuvoir chaque jour sur les villages, villes et cités de Syrie, provoquant chaque jour morts et blessures. Les combats font rage entre le gouvernement, les forces de l’opposition et ceux qu’on appelle les militants de l’« état islamique », qui contrôlent de grandes parties du territoire.

Quelque 190 000 personnes ont été tuées dans un conflit qui entrera bientôt dans sa quatrième année, alors qu’un quart de million vivent sous siège.

Les hôpitaux sont fermés. La fréquentation scolaire a chuté de plus de 50 pour cent. Et il n’est pas rare que les réseaux d’électricité et d’eau soient hors service pendant plusieurs jours d’affilée.

Plus de 12 millions de personnes ont un besoin urgent d’aide dans le pays, dont 5,5 millions sont des enfants.

L’économie s’est écroulée de quelque 40 pour cent depuis 2011, le chômage dépassant maintenant les 54 pour cent. Trois quarts de la population vit dans pauvreté.

Caritas est l’une des quelques rares agences humanitaires en mesure d’agir indépendamment. Malgré le bombardement régulier de ses bureaux et de son personnel, Caritas Syrie continue de fournir de l’aide à des dizaines de milliers de personnes chaque mois.

Plus de 350 000 personnes ont été aidées depuis le début du conflit, avec de la nourriture, une aide médicale, un soutien pour les enfants allant à l’école, des couvertures, des habits et des conseils.
La situation est toujours critique.

Caritas a de la peine à fournir des kits alimentaires à tous ceux qui en ont besoin, car la demande est grande. En termes d’abris, les maisons à louer sont très rares dans les zones sûres, à cause là aussi de la demande élevée.

Les maladies liées au stress ont augmenté. Les blessures provoquées par des éclats d’obus requièrent des interventions lourdes et chères. Les demandes aux centres médicaux sont élevées.

« Dans cette guerre interminable, notre vie s’est peu à peu transformée en cauchemar et, à cause de la cherté des procédures médicales, le besoin d’aide des personnes, en particulier dans ce domaine, a fortement augmenté », rapportait Caritas.

CaritasSyria

Les centres de Caritas sont très actifs, mais sont souvent dépassés par les besoins. Les équipes sont frustrées parce qu’elles ne se sentent pas capables de répondre comme elles le voudraient.

Parmi les exemples de programmes de petite taille mais couronnés de succès, il y celui de Hassake, où Caritas a distribué du lait en poudre pour les enfants de moins de 10 ans. Après que les générateurs ont cessé de fonctionner, les maladies pulmonaires y ont commencé à se multiplier. Le lait pour les enfants est utilisé comme médication préventive, et selon l’équipe de Caritas sur place, c’est plus efficace que n’importe quelle cure.

Caritas Homs a par ailleurs donné à 100 enfants pauvres d’Al Kariaten des jouets en carton. Les conditions de vie au village sont très difficiles, sans eau, sans électricité et avec une sécurité très incertaine. Les cadeaux permettent aux enfants de vivre enfin une expérience normale pour leur âge.

Le pape François en a appelé à une fin « urgente » de la guerre civile en Syrie et de la crise des réfugiés qui s’en est suivie.

Faire Un Don


Merci de votre don généreux à Caritas. Votre soutien rend notre travail possible.

Prier


Caritas a réuni un ensemble de prières et de recueils à utiliser à votre guise.

Se Porter Volontaire

Les volontaires apportent une contribution cruciale à notre travail. Découvrez comment devenir volontaire.