Les réfugiés syriens au Liban luttent contre la tempête de neige

Les réfugiés syriens au Liban ont été frappés par le mauvais temps cette semaine, la tempête Yohan ayant couvert leurs abris fragiles de neige et soufflé des vents glaciaux à travers les camps.

Le personnel du Centre pour migrants de Caritas Liban a visité les camps syriens dans la vallée de Bekaa et a vu les réfugiés travailler à des températures au-dessous de zéro pour protéger leurs logements temporaires. Chaque heure, ils déneigeaient les toits pour éviter que ces abris de fortune s’effondrent.

“Nous avons dû travailler toute la nuit pour déneiger les toits, sous lesquels dormaient nos enfants et nos femmes”, explique Ahmad. Le matin, les enfants ont continué à déblayer les toits, et les femmes à enlever l’eau qui fuyait à l’intérieur, pendant que les hommes se reposaient après avoir lutté toute la nuit à -6°.

Les enfants réfugiés syriens sont restés sans chaussures ni vêtements adéquats.

Les enfants réfugiés syriens sont restés sans chaussures ni vêtements adéquats. Photo: CLMC/Jean J. Khoury

La région montagneuse de Bekaa accueille le plus grand nombre de réfugiés syriens au Liban, environ 409 000. La population de la région a ainsi doublé depuis le début du conflit, il y a 4 ans. L’afflux massif de réfugiés pousse l’aide et les ressources jusqu’à leurs extrêmes limites.

La dernière tempête est arrivée après un mois de janvier parmi les plus rudes des dernières décennies. La tempête a commencé mercredi matin et devrait se poursuivre jusqu’à vendredi, avec des vents plus froids et plus de neige. Depuis, les réfugiés travaillent pour réparer les dommages causés à leurs abris par les vents puissants. Les inondations ont forcé les personnes à se déplacer dans d’autres tentes.

Des réfugiées syriennes font du thé pour se réchauffer des vents glaciaux.

Des réfugiées syriennes font du thé pour se réchauffer des vents glaciaux. Photo: CLMC/Jean J. Khoury

« Ils ont besoin premièrement de meilleurs matériaux de construction pour leurs tentes, pour qu’ils puissent être au chaud et en sécurité», a déclaré Bruno Atieh, directeur du Centre pour les migrants de Caritas Liban. « Le manque de financement affecte la vie des réfugiés, qui ont besoin de plus de combustible et de bois pour se réchauffer. Ils ont besoin de vêtements d’hiver et de chaussures. Nous avons remarqué que de nombreux enfants étaient pieds nus. Ils ont aussi besoin de vivres.”

Néanmoins, le personnel de Caritas a été impressionné par l’esprit des réfugiés. Jeunes, hommes et femmes, tous se sont réunis pour surmonter la tempête. « Un esprit de coopération qui aide les réfugiés à résister contre les conditions de vie difficiles : ils unissent leurs forces et s’entraident comme une grande famille», a déclaré Bruno Atieh.

Des enfants réfugiés syriens ont aidé à déneiger les toits des abris, qui devaient être déblayés toutes les heures pour éviter qu’ils s’effondrent.

Des enfants réfugiés syriens ont aidé à déneiger les toits des abris, qui devaient être déblayés toutes les heures pour éviter qu’ils s’effondrent. Les hommes avaient passé la nuit à lutter contre la tempête. Photo: CLMC/Jean J. Khoury

Dès les premiers jours de crise, Caritas Liban a dispensé l’aide humanitaire aux réfugiés syriens sous forme, entre autres, de poêles, de combustible pour chauffage, de vêtements chauds et de couvertures, et en les aidant à installer les tentes pour qu’elles résistent mieux aux intempéries de l’hiver.

De plus, dans le cadre de son programme de scolarisation des enfants syriens dans les écoles libanaises. Caritas fournit du combustible aux écoles particulièrement vulnérables, pendant les mois d’hiver, pour réchauffer les classes.

Faire Un Don


Merci de votre don généreux à Caritas. Votre soutien rend notre travail possible.

Pray

Caritas brought together a collection of prayers and reflections for you to use.

Se Porter Volontaire

Les volontaires apportent une contribution cruciale à notre travail. Découvrez comment devenir volontaire.