Oscar Romero et Caritas

Caption1

L’Archevêque Romero a été déclaré patron de Caritas Internationalis. Photo par CAFOD

Qui était Oscar Romero ?

Oscar Romero était l’Archevêque de San Salvador de 1977 jusqu’à ce qu’il soit assassiné, en 1980. Au début considéré comme conservateur, il s’est révélé être un fervent défenseur des droits de l’homme au Salvador, notamment après le meurtre de son ami proche, le Père Rutilio Grande en mars 1977.

Durant ses trois années en tant qu’archevêque, Romero a dénoncé sans relâche la violence et s’est exprimé au nom des victimes de la guerre civile. Alors que la presse était fortement censurée à cette époque, ses émissions radio hebdomadaires étaient bien souvent la seule manière pour le peuple d’apprendre la vérité sur les atrocités qui se passaient dans leur pays. Il a défendu le droit des pauvres à exiger un changement politique, une requête qui a fait de lui un adversaire encombrant pour les dirigeants du pays.

Un mois avant son assassinat, Romero avait écrit au Président Jimmy Carter pour encourager vivement les USA à cesser de soutenir le gouvernement salvadorien et de leur fournir des armes et des conseillers militaires. Et le jour précédent son assassinat, il a demandé aux soldats et à la police de ne pas exécuter les ordres de tuer des civils mais de cesser la répression. « Les paysans que vous tuez sont vos propres frères et sœurs », prêchait-il. « Quand un homme vous demande de tuer, souvenez-vous des paroles de Dieu : « Tu ne tueras point ». Au nom de Dieu, et au nom de ce peuple qui souffre, dont les lamentations montent jusqu’au ciel et sont chaque jour plus fortes, je vous supplie, je vous implore, je vous ordonne au nom de Dieu : cessez la répression ! »

Le 24 mars 1980, alors qu’il célébrait la messe, l’archevêque Romero a été abattu, à l’âge de 62ans. Les dix années qui ont suivi, quelque 70 000 Salvadoriens ont été tués dans la guerre civile.

En quoi est-il un personnage important à commémorer ?

L’archevêque Romero a été l’une des figures les plus remarquables du 20e siècle, qui mérite autant que Martin Luther King et Mahatma Gandhi qu’on se souvienne de lui comme d’un pacificateur qui a sacrifié sa vie pour s’élever contre l’injustice. Aujourd’hui, le monde a désespérément besoin de davantage de figures comme Romero, des responsables qui ont le courage, la foi et l’amour pour défendre les pauvres contre l’injustice.

Romero est particulièrement une figure qui inspire des centaines de millions de catholiques du monde entier. Il n’a pas simplement parlé de la nécessité d’aimer son prochain, mais il a nommé avec courage les injustices qui ont dévasté son pays. Il nous a rappelé que l’on trouve le Christ dans les personnes qui vivent dans la pauvreté, et que nous ne pouvons ignorer la souffrance de nos frères et sœurs dans le besoin.

Nous pouvons tous célébrer l’héritage de Romero en suivant son exemple : en dénonçant l’injustice à chaque fois que nous la rencontrons et en refusant de rester silencieux sur les causes de la pauvreté. Le changement climatique est notamment la plus grosse menace à la réduction de la pauvreté dans le monde d’aujourd’hui, raison pour laquelle CAFOD a lancé une grande campagne sur le sujet.

Que signifie que Romero soit béatifié ? Quand la béatification aura-t-elle lieu ?

La béatification, ou le fait qu’une personne soit déclarée « bienheureuse », est l’étape préalable à la sainteté. En février 2015, le Pape a annoncé que Romero était mort en martyr, ouvrant la voie à sa béatification. Avant la proclamation du Pape, la Congrégation pour la cause des saints avait voté en janvier que Romero avait été assassiné « en haine de la foi ». Contrairement aux autres candidats à la béatification, ceux qui sont morts en haine de la foi peuvent être béatifiés sans avoir accompli de miracle.

Le Vatican a annoncé que Romero serait béatifié au Salvador le 23 mai 2015.

La date de la canonisation de Romero n’est pas encore fixée – étape finale de la procédure pour être déclaré saint.

Quel est le lien entre Romero et Caritas ?

Dans les années 1970, CAFOD (Membre de Caritas en Angleterre et au Pays de Galles) a soutenu les célèbres émissions radio de Romero qui, alors que la presse était fortement censurée, étaient bien souvent la seule manière pour le peuple d’apprendre la vérité sur les atrocités qui se passaient dans leur pays. Lorsque la station radio de Romero a explosé, CAFOD a apporté les fonds nécessaires pour la reconstruire. CAFOD a également aidé à financer le soutien apporté par l’Eglise à des milliers de personnes qui avaient fui leurs maisons à cause de la violence.

Après le martyr de Romero, la requête des équipes de CAFOD a été acceptée pour renommer la rue Brixton de leurs bureaux en « Romero Close ». Et quand CAFOD a emménagé dans son nouveau bureau en 2009, il a été nommé « Romero House » (Maison Romero).

Les équipes de CAFOD, ses partenaires et partisans étaient les premiers à soutenir la campagne de béatification de Romero et continuent de s’inspirer de son travail. CAFOD travaille dans le monde entier avec des responsables ecclésiaux et d’autres partenaires qui s’élèvent contre les injustices de leurs pays. Au Royaume-Uni, les partisans de CAFOD mènent actuellement une campagne contre les injustices issues du changement climatique, qui représente la plus grosse menace à la réduction de la pauvreté dans le monde aujourd’hui.

Quelle est la situation au Salvador actuellement ?

Entre 1980 et 1992, le Salvador a connu une guerre civile violente, dans laquelle plus de 70 000 personnes ont été tuées. Les inégalités entre les riches et les pauvres étaient l’une des causes profondes qui ont mené à la guerre. La majorité des Salvadoriens vivaient dans une pauvreté extrême alors qu’un petit nombre de familles avaient le contrôle de la majorité des richesses et du pouvoir politique.

Aujourd’hui, le Salvador est un pays plus démocratique, et Romero serait certainement très heureux de constaté ce qui se passe aujourd’hui. En 2013, un gouvernement plus social a pacifiquement succédé à un autre, et les responsables mettent délibérément en place des politiques que Romero approuverait : réforme fiscale, uniformes et manuels scolaires gratuits pour les enfants, financement de coopératives, davantage de programmes sociaux.

Cependant, le Salvador reste un pays en proie aux inégalités où demeurent de sérieux problèmes liés à la violence des gangs et aux crimes organisés ainsi que des menaces permanentes de tremblements de terre, d’inondations dévastatrices et d’ouragans.

Que fait Caritas au Salvador aujourd’hui ?

Caritas poursuit son travail au Salvador, en aidant les agriculteurs à améliorer leurs récoltes, les communautés à réduire le risque de catastrophes, les personnes qui vivent avec le VIH mais aussi en consolidant la paix dans les communautés frappées par la violence, en défendant les droits de l’homme et en essayant de construire une société plus juste.

Faire Un Don


Merci de votre don généreux à Caritas. Votre soutien rend notre travail possible.

Pray

Caritas brought together a collection of prayers and reflections for you to use.

Se Porter Volontaire

Les volontaires apportent une contribution cruciale à notre travail. Découvrez comment devenir volontaire.