Des jardins de sécurité hors des conflits africains

Les jardins de sécurité au Tchad, hors des conflits africains ; Caritas aide les personnes fuyant les conflits régionaux à devenir des agriculteurs autosuffisants. Photo de Caritas Tchad.

Les jardins de sécurité au Tchad, hors des conflits africains ; Caritas aide les personnes fuyant les conflits régionaux à devenir des agriculteurs autosuffisants. Photo de Caritas Tchad.

Le Tchad est l’un des endroits les plus pauvres au monde. Son taux de mortalité infantile est le troisième plus élevé d’entre tous les pays. Cependant, il héberge aussi un demi-million de personnes fuyant les violences du Soudan, du Nigéria et de la République centrafricaine.

La République centrafricaine est en plein chaos depuis deux ans. L’éducation, la santé publique, l’ordre et la loi, tout s’est effondré sous les coups de butoir de la violence. Les conflits intercommunaux ont provoqué la fuite de centaines de milliers de personnes.

Parmi ceux qui ont fui leur pays, il y a des personnes dont les parents ou grands-parents étaient originaires du Tchad. Ils ont maintenant quitté la République centrafricaine pour revenir au Tchad. Cependant, ils n’ont désormais plus de parenté au Tchad, et n’ont que très peu de moyens de survie.

« Les produits de mon jardin servent à nourrir ma famille. Le surplus est vendu au marché, ce qui nous permet de nous acheter ce dont nous manquons. Merci, Caritas » relate Hadjoro Mahamat. Photo de Caritas Tchad.

« Les produits de mon jardin servent à nourrir ma famille. Le surplus est vendu au marché, ce qui nous permet de nous acheter ce dont nous manquons. Merci, Caritas » relate Hadjoro Mahamat. Photo de Caritas Tchad.

Plus de 100 000 personnes vivent dans des camps de fortune, des villages ou des villes du Tchad, où les conditions sont extrêmes. Ces deux dernières années, ils n’ont reçu aucune aide humanitaire. Ils ont besoin de nourriture, d’eau, de soins de santé et d’éducation.

Le soutien pour l’aide alimentaire est en décroissance, de sorte qu’UNAD / Caritas Tchad fournit aux familles des formations agricoles, des outils et des semences, afin qu’elles puissent devenir autosuffisantes.

Caritas vise en particulier les groupes vulnérables, tels que les mères allaitantes, les jeunes femmes et les personnes âgées, pour réduire la malnutrition. Pour les personnes âgées, cela signifie leur fournir des animaux brouteurs, comme des chèvres. Pour les nouvelles mères, c’est l’éducation nutritionnelle. Pour les jeunes femmes, c’est leur transmettre des capacités entrepreneuriales, telles que la couture et la fabrication de savon.

Dairou Abdoulaye est une des femmes ayant bénéficié du programme agricole de Caritas Tchad. Photo de Caritas Tchad.

Dairou Abdoulaye est une des femmes ayant bénéficié du programme agricole de Caritas Tchad. Photo de Caritas Tchad.

« J’élève des animaux. Je n’ai jamais rien fait poussé chez moi, en République centrafricaine. Caritas nous aide à faire pousser des légumes. Moi aussi je voulais être formée à cela. Avec les semences, l’équipement et la formation que j’ai reçus, j’ai pu devenir productrice agricole », raconte Dairou Abdoulaye.

Caritas Tchad va aider directement 25 000 personnes à travers un programme de 500 000 € dans le Sud.

Reportage de Roland Ndoyom, Caritas Tchad.

Caritas Internationalis

Président : le Cardinal Luis Antonio Tagle
Secrétaire Général : Michel Roy

Caritas Internationalis
Palazzo San Calisto
Cité du Vatican
V-00120

Téléphone : + 39 06 698 797 99
Fax : + 39 06 698 872 37
Adresse e-mail : caritas.internationalis@caritas.va

Les bureaux sont ouverts du lundi au vendredi, de 8h30 à 17h00.

Si vous avez besoin de contacter un membre du personnel en-dehors des heures de bureau pour une urgence humanitaire, veuillez appeler le + 39 334 359 0700 ou envoyer un courriel à emergencies@caritas.va