Le pape François donne espoir dans son encyclique sur la sauvegarde de notre maison commune

Dans sa première encyclique Laudato Si’, sur la « sauvegarde de notre maison commune », le pape François expose sa vision de comment rétablir l’équilibre dans les inégalités entre riches et pauvres.

Dans les villages à l'extérieur de Bhopal dans l'Etat indien du Madhya Pradesh, Caritas aide famlies pour gagner leur vie. Photo par Sheahen / Caritas

Dans les villages à l’extérieur de Bhopal, dans l’Etat indien du Madhya Pradesh, Caritas aide les familles à gagner leur vie. Photo de Sheahen / Caritas

Le président de Caritas Internationalis, le cardinal Luis Antonio Tagle de Manille (Philippines) a déclaré que l’encyclique reflète ce dont Caritas est témoin dans les communautés pauvres du monde :

« Je visite des communautés où les gens vivent sur des monceaux de détritus. Les enfants naissent dans les ordures, y grandissent, puis y meurent. Ils se sentent eux-mêmes comme des déchets. Ce n’est pas l’œuvre de Dieu, c’est celle de la main de l’homme. Le pape François invite tout le monde à réfléchir à cette réalité. Il nous appelle à ‘viser à un nouveau style de vie’, à changer les systèmes économiques et sociaux qui ont provoqué tellement de dégâts et à reprendre nos responsabilités envers les autres et envers le monde. Laudato Si’ va inspirer le travail des organisations Caritas durant les années à venir. »

L’encyclique aborde des aspects clés du travail de Caritas dans le monde, tels que l’environnement, l’exploitation au travail, l’agriculture et les inégalités sociales. Le président de Catholic Relief Services / Caritas USA était l’une des quatre personnes présentes au lancement de l’encyclique, jeudi au Vatican.

«Nous n’avons jamais autant maltraité ni fait de mal à notre maison commune qu’en ces deux derniers siècles », écrit le pape François dans sa lettre. « Quel genre de monde voulons-nous laisser à ceux qui nous succèdent, aux enfants qui grandissent ? »

La lettre du pape s’intéresse à « l’intime relation entre les pauvres et la fragilité de la planète ». Elle arrive à moment clé pour le développement mondial. L’ONU lancera ses Objectifs du Développement Durable (ODD) en septembre, et le pape participera à ce lancement.

Les dirigeants mondiaux se réuniront ensuite à Paris pour la Conférence de l’ONU sur le climat, en décembre. « Les Sommets mondiaux de ces dernières années sur l’environnement n’ont pas répondu aux attentes », écrit le pape, qui parle du changement climatique comme étant «l’un des principaux défis actuels pour l’humanité. » Le pape en appelle aux gouvernements pour qu’ils prennent des engagements contraignants afin d’ « assure[r] la protection des écosystèmes ».

L’encyclique dit que le changement climatique n’est que le symptôme d’un mal plus diffus. Caritas retient pour sa part qu’elle en appelle à une transformation de notre mode de vie actuel vers un mode plus respectueux des gens et de la planète. »

« L’environnement humain et l’environnement naturel se dégradent ensemble, et nous ne pourrons pas affronter adéquatement la dégradation de l’environnement si nous ne prêtons pas attention aux causes qui sont en rapport avec la dégradation humaine et sociale », écrit le pape. « Toute approche écologique doit incorporer une perspective sociale qui prenne en compte les droits fondamentaux des plus défavorisés. […] Le marché ne garantit pas en soi le développement humain intégral ni l’inclusion sociale. »

Caritas dit que Laudato Si’ est avant tout un message d’espoir et d’action. Le pape François écrit : « tout n’est pas perdu, parce que les êtres humains, capables de se dégrader à l’extrême, peuvent aussi se surmonter, opter de nouveau pour le bien et se régénérer. »

Individuellement, écrit le pape, nous avons la responsabilité de vivre une vie plus frugale, en mettant fin au cycle d’en vouloir toujours plus, car cela implique toujours moins pour les pauvres et pour la planète. Il invite tout le monde à être acteur, en soulignant que d’autres confessions déjà s’impliquent. Il dit que les chrétiens doivent réaliser que « leurs devoirs à l’intérieur de la création et leurs devoirs à l’égard de la nature et du Créateur font partie intégrante de leur foi. »

Pour plus d’informations, veuillez contacter Michelle Hough au +39 06 69879721 / +39 334 2344136 ou sur son adresse hough@caritas.va.

Faire Un Don


Merci de votre don généreux à Caritas. Votre soutien rend notre travail possible.

Pray

Caritas brought together a collection of prayers and reflections for you to use.

Se Porter Volontaire

Les volontaires apportent une contribution cruciale à notre travail. Découvrez comment devenir volontaire.