Photos en Irak, un an apres la chute de Mossoul

Il y a juste un an la plaine de Ninive et la ville de Mossoul, en Irak, tombaient aux mains du Daesh, l’auto-proclamé «Etat Islamique». Un million de personnes se sont enfuies vers l’inconnu en abandonnant tout ce qu’ils avaient. Ils croyaient pouvoir rentrer chez eux peu après. Ils n’auraient jamais imaginé qu’un an plus tard, la crise se trouverait exactement comme au point de départ.

Bassam a 18 ans et vient de Mossoul. De religion yézidie, il a dû s’enfuir en juin 2014 avec 17 autres membres de sa famille vers le Kurdistan, à travers les montagnes du Sinjar.

Bassam a 18 ans et vient de Mossoul. De religion yézidie, il a dû s’enfuir en juin 2014 avec 17 autres membres de sa famille vers le Kurdistan, à travers les montagnes du Sinjar.

La population déplacée se trouve actuellement au sein de communautés d’accueil au Kurdistan. Elle n’a aucune idée de ce que lui réserve l’avenir. Rien ne montre que cette crise douloureuse prendra bientôt fin et qu’ils pourront récupérer leurs maisons. Pour eux le plus grand défi à relever est de ne pas savoir ce qu’ils vont devenir, de se sentir paralysés et incapables de vivre. La grande majorité se sent impuissante mais le pire est qu’elle a perdu l’espoir.

Un camp dans le Kurdistan irakien pour les personnes qui ont dû s’enfuir suite aux persécutions religieuses.  Photo by Chris de Bode/Cordaid

Un camp dans le Kurdistan irakien pour les personnes qui ont dû s’enfuir suite aux persécutions religieuses.

La plupart vivent exclusivement de l’aide humanitaire qu’ils reçoivent. Il n’y a aucune possibilité d’emploi. Les prix sont élevés et l’aide est en train de diminuer. Certains arrivent à peine à survivre. Alors que certaines familles cherchent à partir ailleurs en qualité de demandeurs d’asile, d’autres survivent dans l’espoir que la crise prendra bientôt fin et qu’ils pourront rentrer chez eux.

Beaucoup vivent dans des immeubles en construction ou abandonnés, dans  des conditions non sécuritaires. Photo de Chris de Bode/Cordaid.

Beaucoup vivent dans des immeubles en construction ou abandonnés, dans des conditions non sécuritaires. Photo de Chris de Bode/Cordaid.

Caritas Irak a été une des premières à réagir, en aidant des dizaines de milliers de personnes et en répondant à leurs besoins dans différents endroits du pays. La priorité a été donnée aux abris, à la fourniture d’aide d’urgence telle que la nourriture et l’eau potable, au soutien psychologique et à mobiliser la population d’accueil pour qu’elle collabore.

Les Irakiens se sont enfuis en emportant ce qu’ils ont pu. Beaucoup d’entre eux ont été dérobés par des miliciens sur la route du Kurdistan.

Les Irakiens se sont enfuis en emportant ce qu’ils ont pu. Beaucoup d’entre eux ont été dérobés par des miliciens sur la route du Kurdistan.

Les organisations Caritas du monde entier continuent à aider ceux qui sont dans le besoin. Par exemple, Cordaid, la Caritas des Pays-Bas, fait partie d’une alliance hollandaise qui a lancé des campagnes de collecte de fonds pour venir en aide à Caritas Irak et d’autres partenaires locaux.

Hayda, 8 ans, fait partie du million d’Irakiens qui ont dû s’enfuir pour trouver refuge dans des régions du pays plus sûres.

Hayda, 8 ans, fait partie du million d’Irakiens qui ont dû s’enfuir pour trouver refuge dans des régions du pays plus sûres.

Caritas Irak exhorte les autres pays et les organisations humanitaires à continuer à apporter leur soutien car la détresse est grande. Et elle lance un appel aux gouvernements pour qu’ils contribuent à mettre fin au conflit et aux combats avec les forces armées d’opposition, et à restaurer la stabilité du pays.

L’organisation Caritas fournit des abris, des soins médicaux, des moyens de subsistance et une assistance psychologique.

L’organisation Caritas fournit des abris, des soins médicaux, des moyens de subsistance et une assistance psychologique.

« Demandons la paix, surtout pour la Syrie et l’Irak, pour que cesse le fracas des armes et que se rétablisse la bonne cohabitation entre les différents groupes qui composent ces pays bien-aimés », a dit le Pape François durant son message de Pâques.

Les chrétiens d’Irak faisaient partie des groupes qui ont subi les persécutions. Les églises ont ouvert leurs portes pour servir de refuges.

Les chrétiens d’Irak faisaient partie des groupes qui ont subi les persécutions. Les églises ont ouvert leurs portes pour servir de refuges.

Reportage de Lavigne Putrus, Agent de communications de Caritas Irak. Photos de Chris de Bode/Cordaid.

Faire Un Don


Merci de votre don généreux à Caritas. Votre soutien rend notre travail possible.

Prier


Caritas a réuni un ensemble de prières et de recueils à utiliser à votre guise.

Se Porter Volontaire

Les volontaires apportent une contribution cruciale à notre travail. Découvrez comment devenir volontaire.