Rejoindre les communautes marginalisees apres le tremblement de terre au Nepal

Un enfant devant sa maison dans le district de Sindhuli. Photo de Prakash Khadka, Caritas Nepal

Un enfant devant sa maison dans le district de Sindhuli. Photo de Prakash Khadka, Caritas Nepal

Le voyage a duré plus de 10 heures, en serpentant entre des arbres tombés dans une forêt subtropicale, et traversant plusieurs vallées fluviales. Nous sommes dans le district de Sindhuli, où les équipes de Caritas sont venues porter des secours dans une région si reculée que les communautés qui s’y trouvent sont restées largement à l’écart de l’aide humanitaire.

Les équipes de Caritas, en coordination avec le Comité de secours aux catastrophes du district, se sont rendues au village de Hariharpurgadhdi, où réside le groupe des Tamang, une communauté longtemps marginalisée.

Les conditions de dénuement sont telles que les gens craignent que la piste boueuse qui longe la rivière soit inondée, même par des pluies légères, avant que Caritas ou d’autres agences humanitaires parviennent à les rejoindre.

«Les villageois nous supplient de faire vite, autrement, aves les pluies, ils n’auront plus d’accès aux secours en raison des inondations éclair et des glissements de terrain qui pourraient bloquer la route, », dit Nagdev Yadev, un volontaire local de l’équipe de secours de Caritas.

Vu que la plupart des maisons de Hariharpurgadhi se sont effondrées, beaucoup d’habitants vivent dans les étables qui abriaient habituellement leurs troupeaux.

Kanchimaya Rumba est de ceux-là. Rumba a 11 membres de sa famille à nourrir, et il lui a été pratiquement impossible de stocker de la nourriture depuis le tremblement de terre. Comme pour la plupart des femmes de son village, le marché le plus proche se trouve à présent à un jour de voyage – quatre heures à pied et ensuite quatre heures dans le bus local. Sa reconnaissance à l’égard de l’aide apportée par Caritas en matière de matériaux pour les abris et de nourriture est visible, non seulement pour le matériel fourni, mais pour les efforts déployés afin de venir en aide à tous, quelle que soit leur appartenance politique, religieuse ou ethnique.

« Chaque famille dans le besoin reçoit de l’aide en fonction des mêmes critères. Il n’y a aucune discrimination », affirme Rumba.

Caritas a également rencontré Charimaya Waiba, 30 ans, qui était marchande de rue à Bauddha, dans la capiale, Katmandou, mais est issue de Hariharpurgadhi et est retournée dans son village après le tremblement de terre pour trouver sa maison complètement effondrée. Tout comme Rumba, elle a trouvé refuge avec sa famille dans une étable. Mais elle avait stocké des grains, et elle les a rapidement et généreusement partagé avec d’autres villageois.

« C’est une situation d’urgence. J’ai partagé la nourriture que j’avais avec d’autres villageois, avant l’arrivée de l’aide de Caritas », dit-elle.

Comme beaucoup d’autres habitants, Waiba manifeste son appréhension et sa crainte en raison de l’arrivée imminente de la mousson, et ce que cela représente en termes de conditions de vie –y compris les besoins en toitures pour se protéger des pluies torrentielles – et d’accès aux secours. Les équipes de Caritas sur le terrain sont constamment interrogées sur ce dont ils pourront disposer.

Les équipes de Caritas Népal continuent à s’engager avec le plus total dévouement, dans des conditions extrêmement difficiles, pour pouvoir apporter aux communautés telles que celles de Rumba et Waiba des fournitures de base avant l’arrivée de la mousson. Elles retourneront dans quelques semaines sur les lieux pour apporter des matériaux d’abris temporaires, tels que de la tôle ondulée pour les toitures.

Notre engagement n’a pas de date limite. Durant les 25 dernières années, Caritas Népal est venue en aide aux communautés dans 80% du pays, en accordant la priorité aux plus pauvres et marginalisées. Avec l’aide de la communauté internationale de Caritas, Caritas Népal est en train d’étendre son champ d’action aux zones sinistrées après le catastrophique tremblement de terre du mois d’avril, et pour suivra son assistance à l’égard de ces communautés durant l’étape de leur réhabilitation.

Faire Un Don


Merci de votre don généreux à Caritas. Votre soutien rend notre travail possible.

Prier


Caritas a réuni un ensemble de prières et de recueils à utiliser à votre guise.

Se Porter Volontaire

Les volontaires apportent une contribution cruciale à notre travail. Découvrez comment devenir volontaire.