La Macédoine et les réfugiés dans le contexte de la crise migratoire

Photo prise à la gare de Thessalonique, en Grèce, près de la frontière avec la Macédoine, où l’on peut voir un policier contrôler l’identité d’un groupe de migrants syriens. Ces quatre hommes arrivent tout juste de Damas et se dirigent vers l’Allemagne. Crédit photo : Matthieu Alexandre/Caritas Internationalis

Photo prise à la gare de Thessalonique, en Grèce, près de la frontière avec la Macédoine, où l’on peut voir un policier contrôler l’identité d’un groupe de migrants syriens. Ces quatre hommes arrivent tout juste de Damas et se dirigent vers l’Allemagne. Crédit photo : Matthieu Alexandre/Caritas Internationalis

De Mgr Antun Cirimotic, Secrétaire général de Caritas Macédoine

Les réfugiés et les migrants entrent sur le sol macédonien depuis la Grèce, par la ville de Gevgelija, à la frontière sud. Nous avons fait une excursion là-bas ainsi qu’à la frontière nord, au niveau de la ville de Tabanovce, où ils entrent en Serbie.

Nous avons pu voir que les migrants arrivent aussi bien en petits qu’en grands groupes, allant de quelques centaines à quelques milliers. Selon les dernières informations dont nous disposons, entre le 19 juin et le 25 août 2015, les autorités macédoniennes ont délivré 46 314 autorisations aux citoyens étrangers.

Plus de 37 000 des personnes passant par la Macédoine sont des réfugiés syriens. Beaucoup d’autres viennent d’Afghanistan, d’Irak, du Pakistan, de Somalie, de Palestine, du Bangladesh, du Congo, du Nigéria, du Cameroun, d’Erythrée et d’Ethiopie. Ce sont pour la plupart de jeunes hommes, mais aussi quelques femmes et enfants.

D’après ce que nous avons vu, les migrants sont clairement exténués à cause d’un manque important de sommeil. En plus d’un endroit où dormir, ils ont besoin en premier lieu d’eau, de nourriture et de produits d’hygiène.

A Gevgelija, les organisations humanitaires distribuent aux migrants de la nourriture, de l’eau et des produits d’hygiène de base. Le plus gros problème cependant est qu’ils n’ont aucun logement. C’est donc dans des parcs, en plein air, qu’ils dorment.

La Macédoine essaye de leur trouver un logement, au moins pour les femmes et les enfants. Nous avons besoin avant tout de créer des logements de base pour leur séjour à Gevgelija, d’autant plus que l’automne et la saison pluvieuse approchent. La situation devient très urgente.

Un autre problème rencontré est celui de l’hygiène générale à Gevgelija. Le conseil local travaille sans relâche pour préserver la propreté et l’hygiène de la ville, mais le grand nombre de nouveaux migrants les empêche d’atteindre les résultats escomptés.

Pour faire face ou du moins apaiser la situation, l’UE devrait apporter une aide financière aux pays qui accueillent les migrants, pour les aider à couvrir les dépenses considérables liées à cette situation.

De Gevgelija, les migrants se rendent ensuite au poste frontière de Tabanovce pour rejoindre la Serbie. Certains se déplacent en train, d’autres en bus, et il y a aussi ceux qui prennent un taxi, qui représente le moyen de transport le plus cher étant donnée la distance de 176 km entre Gevgelija et Tabanovce.

Caritas Macédoine entend aider les migrants de Tabanovce en leur apportant de l’eau, de la nourriture et des produits d’hygiène, pour qu’ils aient de quoi satisfaire leurs besoins avant de rejoindre la Serbie.

Les autorités, aussi bien nationales qu’européennes, pourraient faire plus pour aider les réfugiés et les migrants. Elles pourraient entre autre garantir un espace de logements temporaires dans la ville de Gevgelija. C’est crucial.

Il en va de même pour la Grèce et la Serbie. La Macédoine et ses pays voisins affectés par le flux de réfugiés et de migrants n’ont pas la capacité, ni les moyens, de s’occuper seuls d’autant de personnes.

Pour faire face ou du moins apaiser la situation, l’UE devrait apporter une aide financière aux pays qui accueillent les migrants, pour les aider à couvrir les dépenses considérables liées à cette situation.
Sur le long-terme, nous pensons sincèrement que la véritable solution au problème devra être apportée par des acteurs mondiaux, qui peuvent influencer la situation et faire tout leur possible pour supprimer les causes de la crise migratoire.

Des études montrent que la situation des migrants, pour la plupart des réfugiés, qui arrivent en Europe ne s’apaisera pas d’ici un futur proche. Elle ne fera qu’empirer la situation en Macédoine, où de nombreuses familles vivent dans l’extrême pauvreté. Dans le pays, le taux de chômage s’élève à 27,3%, tandis qu’environ 30 000 familles bénéficient d’une allocation de 50€ par mois de l’Etat, sur une population de 2,1 millions de Macédoniens.

Caritas Macédoine doit rester fidèle à ses principes, c’est-à-dire d’aider les réfugiés et les migrants, mais en même temps, elle doit continuer à aider les nationaux qui sont eux aussi dans le besoin. C’est pourquoi Caritas Macédoine en appelle à une aide fraternelle de la famille Caritas.

Faire Un Don


Merci de votre don généreux à Caritas. Votre soutien rend notre travail possible.

Prier


Caritas a réuni un ensemble de prières et de recueils à utiliser à votre guise.

Se Porter Volontaire

Les volontaires apportent une contribution cruciale à notre travail. Découvrez comment devenir volontaire.