La Croatie accueille les réfugiés avec du thé chaud

« Les écoles sont bien en Suède et je souhaite que mes fils grandissent dans un climat de sécurité où ils suivront une bonne scolarité. » Dans l’un des postes-frontières, à Tovarnik, nous avons croisé Akram, un réfugié syrien. Il parle parfaitement le croate car il a étudié ici il y a trente ans. Il va rejoindre de la famille en Suède avec ses deux plus jeunes fils. Ils sont de ces 100 000 réfugiés en exode, qui ont traversé la frontière croate ces deux dernières semaines après avoir transité par la Turquie, la Grèce, la Macédoine et la Serbie.

En 20 jours, 100 000 réfugiés ont traversé la frontière croate. Crédit photo : Caritas Croatie.

En 20 jours, 100 000 réfugiés ont traversé la frontière croate. Crédit photo : Caritas Croatie.

L’histoire de chacun d’entre eux est unique. Certaines histoire sont tragiques, d’autres sont tristes. Tous veulent un avenir meilleur et plus sécurisant pour eux et pour leur famille. Tous ont laissé derrière eux leur vie d’avant. Ils ne savent pas de quoi demain sera fait dans ce dangereux périple vers la « terre promise » de l’Europe de l’Ouest ou des pays scandinaves.

Akram nous a expliqué que les réfugiés étaient bien informés de chaque étape de leur voyage car ils communiquent avec d’autres groupes qui ont déjà atteint la destination désirée et avec ceux qui doivent y arriver.

« La Croatie est l’un des rares endroits où nous n’avons pas eu à payer la nourriture, l’eau et les transports. Nous sommes reconnaissants de votre gentillesse et de votre générosité », a-t-il déclaré avant de monter dans un bus qui l’emmènera lui et ses enfants du camp de transit d’Opatovac jusqu’à la frontière avec la Hongrie.

L’arrivée massive de réfugiés en Croatie a commencé le 16 septembre 2015. Caritas Croatie, en partenariat avec la Caritas diocésaine affectée par la crise, a été impliquée dans la réponse humanitaire dès le premier jour. Nous avons lancé une campagne publique, organisé des dons en nature pour les centres de réception et de transfert, mobilisé des volontaires, et plus encore.

Les réfugiés arrivent sur le sol croate par la Serbie, généralement par les villes frontières de Tovarnik et Bapska. A leur arrivée, ils sont transférés dans le camp d’Opatovac. C’est là qu’on les inscrit et qu’on leur offre un abri sous tente avant qu’ils ne prennent un bus ou un train pour continuer vers la Hongrie. Dans le camp, ils bénéficient d’une assistance médicale et reçoivent de la nourriture, de l’eau, du thé, et des produits d’hygiène. Une attention particulière est donnée aux groupes les plus vulnérables : les mères avec leurs bébés et enfants en bas âge, les handicapés, les personnes âgées et les malades.

Les volontaires Caritas de la paroisse de Bapska vont aider au poste frontière. Là-bas, ils distribuent des vêtements chauds, du pain et du jambon, des paquets de nourriture, des biscuits, de l’eau et du thé.

Le thé est très apprécié par temps froid. De nombreux réfugiés sont sur la route depuis des semaines et cela fait longtemps qu’ils n’ont pas eu quelque chose comme un thé chaud.

Avec les températures qui se rafraichissent, la pluie et la neige, nous préparons le passage à l’hiver dans les camps d’Opatovac, de Beli Manastir et de Čepin. Ce n’est pas facile car la situation est très changeante. Nous avons des difficultés à évaluer les besoins et à se coordonner avec les autres organisations humanitaires.

Dans le camp d’Opatovac, les volontaires Caritas font les trois huit, 7/7j. Comme la nourriture est distribuée le jour et la nuit, il y a toujours beaucoup à faire. Les volontaires de nuit sont très demandés car la majeure partie des réfugiés arrivent précisément de nuit.

Même si beaucoup d’entre eux disent venir de Syrie, les interprètes indiquent que ce n’est pas toujours le cas. Une jeune femme irakienne nous a confié : « Je voyage seule. Une fois arrivée en Allemagne, ma famille me rejoindra. »

Une famille réfugiée originaire de Damas (un couple et leurs trois enfants) à qui nous avons parlé dans le camp d’Opatovac nous a dit : « Regardez bien, toute notre vie se trouve dans ces deux sacs à dos. Nous ne sommes une menace pour personne. La guerre, c’est très mauvais. Nous voulons seulement aller en Autriche. »

Caritas a lancé un appel d’urgence pour rassembler 250 000 € pour aider les réfugiés et les migrants dans les centres de réception et de transit en Croatie.

 

Caritas Internationalis

Président : le Cardinal Luis Antonio Tagle
Secrétaire Général : Michel Roy

Caritas Internationalis
Palazzo San Calisto
Cité du Vatican
V-00120

Téléphone : + 39 06 698 797 99
Fax : + 39 06 698 872 37
Adresse e-mail : caritas.internationalis@caritas.va

Les bureaux sont ouverts du lundi au vendredi, de 8h30 à 17h00.

Si vous avez besoin de contacter un membre du personnel en-dehors des heures de bureau pour une urgence humanitaire, veuillez appeler le + 39 334 359 0700 ou envoyer un courriel à emergencies@caritas.va